Entretien

Florian Lafani (Fleuve) : "Les auteurs de polar sont très challengés par les séries"

Florian Lafani, directeur général de Fleuve dans les locaux d'Editis à Paris. - Photo Dahlia Girgis

Florian Lafani (Fleuve) : "Les auteurs de polar sont très challengés par les séries"

La sortie annuelle du best seller Franck Thilliez, un accent sur les polars psychologiques ou encore travail avec les influenceurs... Florian Lafani, directeur de Fleuve éditions, nous raconte le programme de la maison pour l'année 2022.

J’achète l’article 1.5 €

Par Dahlia Girgis ,
Créé le 21.03.2022 à 19h31

La petite ritournelle de l'horreur de Cécile Cabanac, Nos âmes au diable du duo Jérôme Camut et Nathalie Hug ou Apparition de Viktor Vincent… Vous publiez plusieurs polars psychologiques en 2022, pourquoi cet intérêt pour ce sous-genre ?

Nous cherchons à travailler toutes les couleurs du polar. Le polar est un genre avec une énorme production éditoriale et nous voulons éviter d’avoir des auteurs sur le même segment dans notre catalogue. L'univers psychologique nous permet de faire ça. L’enjeu n’est plus seulement l'enquête. Le livre se retrouve ainsi parfois à la limite du roman noir ou de la littérature générale.

Que voulez-vous dire par “toutes les couleurs du polar” ?

Je cherche ceux que je n’ai pas lus : le but est d’être surpris. Nous voulons un positionnement singulier de l'auteur. Pas forcément dans l’histoire abordée mais dans les thèmes, la façon d’écrire ou la psychologie des personnages. Par exemple, Reine rouge de l’Espagnol Juan Gomez-Jurado propose le personnage d’Antonia Scott qui a un haut potentiel intellectuel. Elle aide la police à régler les enquêtes mais en même temps elle est agoraphobe et n’est pas sortie de chez elle depuis plusieurs années. L’auteur nous donne envie de le suivre dans une enquête aux codes déjà vus, mais le personnage interpelle…

Pensez-vous que le polar "stagne" dans sa créativité ?

Les auteurs sont très "challengés" avec le développement des séries télévisées. A une époque, il y avait 24 Heures chrono, sinon plus récemment je pense à Ozark ou Homeland. L’auteur sait que le lecteur de polar a souvent regardé des séries et qu’il sera plus exigeant avec ce qu’il va lire. Cela évite d’avoir un genre qui “stagne”. Chaque année, les écrivains sont en capacité de proposer des choses vivantes.

Couvertures de polar 2022
Couvertures de polar 2022- Photo FLEUVE ÉDITIONS

Plusieurs femmes sont dans les sorties 2022 comme le polar historique Le mystère de la fresque maudite de Chiara Montani, faîtes-vous attention à la parité ?

Historiquement nous avons toujours eu beaucoup d’hommes. Une bascule s’est faite avec le suspens psychologique anglo-saxon porté par les femmes. Pour autant, nous ne publions pas selon le genre. Il y a des sujets qui remontent depuis plusieurs années sur la question du polar féministe. Nous n’en avons pas fait une collection particulière. Le sujet court sans que ce ne soit une vague.

Comment faire émerger des jeunes auteurs par rapport aux grandes têtes d’affiche et notamment votre best seller, Franck Thilliez ?

La concurrence directe n’existe pas au sein de notre catalogue. Nous sortons la nouveauté de Franck Thilliez en mai, cette année ce sera un "one shot "avec Labyrinthes. Les autres sorties du catalogue sont publiées tout au long de l’année. La multiplication des salons dédiés au polar est une opportunité pour mettre en avant les auteurs. Il y a une nécessité de faire exister les auteurs en tant que personne. En parallèle, ce qui fait émerger un écrivain, c'est le bouche à oreille. Notre objectif est de faire lire très tôt le texte avant sa parution, de manière classique, aux journalistes, aux libraires et aujourd’hui aux influenceurs.

Franck Thilliez - Quais du Polar 2021
Franck Thilliez - Quais du Polar 2021- Photo DAHLIA GIRGIS

Que vous apporte votre travail avec les influenceurs ?

De façon régulière nous travaillons avec 20-25 influenceurs. Ils sont en capacité de s’adresser à une communauté qui est proche de ce qu'ils lisent. Ils touchent le lectorat de manière différente et sont complémentaires aux libraires. Pour déclencher un achat d'impulsion, il faut permettre aux lecteurs d’être touché plusieurs fois par le même livre : voir une publicité, écouter une chronique d’un influenceur…

Votre catalogue comporte davantage d’auteurs anglo-saxons, souhaitez-vous scruter de nouveaux territoires ?

Nous avons beaucoup d’auteurs européens et américains car nous recevons énormément de propositions de ces territoires. Nous cherchons à proposer des voix très différentes, et cela va souvent de pair avec les pays. Mais la production est moins grande dans certains pays et surtout je ne construis pas mon catalogue selon la zone géographique. Nous n’avons pas vocation à cocher des cases.

Les dernières
actualités