Fnac Darty cède sa filiale brésilienne à Livraria Cultura | Livres Hebdo

Par Clotilde Ravel, le 20.07.2017 à 13h38 (mis à jour le 20.07.2017 à 14h00) Brésil

Fnac Darty cède sa filiale brésilienne à Livraria Cultura

La bâtiment de la future Fnac à Nouméa

Le groupe recapitalisera la société brésilienne et l'autorisera à continuer d'utiliser la marque Fnac.

Le groupe Fnac Darty a annoncé la cession de Fnac Brésil au groupe Livraria Cultura dans un communiqué publié le 19 juillet.

Une filiale structurellement déficitaire

Le distributeur de produits culturels, électroniques et électroménagers avait lancé un processus de cession au lendemain de la publication des résultats annuels, le 1er mars 2017, afin de céder sa filiale structurellement déficitaire.

Fnac Brésil existe depuis 1999 et compte 12 magasins et un site internet. L'agence de presse Reuters précise que "la société emploie 550 personnes et a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 137 millions d'euros, représentant environ 2% des ventes du groupe Fnac Darty".

Livraria Cultura, acteur "historique" de la distribution de produits éditoriaux au Brésil

Le repreneur, Livraria Cultura, "présente un projet industriel ambitieux pour Fnac Brésil", indique le communiqué. Le groupe brésilien, fondé en 1947 et acteur historique de la distribution de produits éditoriaux au Brésil, détient 18 magasins ainsi qu'une offre de e-commerce.

"Afin de donner au nouvel ensemble tous les moyens de se positionner parmi les leaders de son marché, Fnac Darty autorisera la poursuite de l’utilisation de la marque Fnac et procédera à une recapitalisation", indique le communiqué, sans préciser le montant de cette recapitalisation.

La finalisation de l'opération est prévue dans les prochaines semaines.

Vents contraires

Cette cession intervient alors que Fnac a ouvert, ces dernières semaines, de nouveaux magasins aux Antilles, à Petit-Bourg en Guadeloupe, mais également en Afrique, notamment au Congo, et au Moyen-Orient au Qatar. Après 9 ans de croissance, le Brésil a connu une forte crise économique depuis 2011. En 2016, le PIB a reculé de 3,6%.  
close

S’abonner à #La Lettre