Club

France Loisirs, en redressement judiciaire, sollicite un plan de continuation

France Loisirs, en redressement judiciaire, sollicite un plan de continuation

Le tribunal de commerce de Paris doit se prononcer, vendredi 1er décembre, sur la demande de poursuite d'activité du club de livres qui, avec son réseau de 200 boutiques en France, est confronté à des difficultés financières et a été placé en redressement judiciaire le 24 novembre.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Clarisse Normand,
Créé le 30.11.2017 à 22h00,
Mis à jour le 01.12.2017 à 14h39

France Loisirs et cinq autres entreprises du groupe Actissia assurant pour le club des prestations de services (logistique, marketing..) ont été placées, vendredi 24 novembre, en redressement judiciaire avec une demande de plan de continuation d’activité sur laquelle le tribunal de commerce de Paris doit se prononcer vendredi 1er décembre.

Conscient des difficultés de l’entreprise qu'il a reprise en 2015, le P-DG d'Actissia, Adrien Diaconu rappelle qu'il a engagé et mis en place «un important plan de redressement, avec recentrage sur le livre, évolution de l’offre, déménagement sur un site moins couteux. Tout cela a permis d’assainir France Loisirs, qui est désormais en position de repartir, explique-t-il, mais cela a aussi généré des coûts exceptionnels qui viennent aujourd’hui creuser le déficit de trésorerie. D’où le recours à une procédure de redressement judiciaire avec une demande de plan de continuation. Mon objectif étant de minimiser les dommages collatéraux.»

Pour expliquer l’aggravation des difficultés financières de France Loisirs, Adrian Diaconu évoque également le retrait inattendu, en septembre, d’un partenaire financier qui devait lui apporter 20 millions d’euros. «La procédure judiciaire vise donc à faciliter et accélérer la reprise de la recherche d’un nouveau partenaire, qu’il soit financier ou industriel», argumente le dirigeant.

France Loisirs emploie 1 300 personnes

Fort du gel des créances du club français, le P-DG d'Actissia espère enregistrer les premiers fruits de son plan de redressement. Employant 1 300 personnes, France Loisirs édite des livres de club et compte un réseau de près de 200 boutiques qui vendent aussi, depuis un an, des livres de nombreux autres éditeurs.

Hors de France Loisirs et des cinq autres entités placées en redressement judiciaire, Actissia contrôle une quinzaine d’autres sociétés dont Actissia Numédia avec Chapitre, mais aussi des filiales à l’étranger, en Suisse, en Belgique et au Québec qui, elles, ne sont pas touchées par la procédure de  redressement judiciaire.

En 2016, Actissia a réalisé un chiffre d’affaires global de 217 millions d’euros.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités