Frédéric Mitterrand à la tête de Christian Bourgois Editeur | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 09.04.2019 à 15h24 (mis à jour le 09.04.2019 à 16h00) Edition

Frédéric Mitterrand à la tête de Christian Bourgois Editeur

Frédéric Mitterrand - Photo PHOTO OLIVIER DION

Dominique Bourgois, qui avait succédé à son mari en 2007, quitte les fonctions de présidente et d'éditrice de la maison reprise en janvier par le fonds d'investissement de la famille Mitterrand, présidé par Olivier Mitterrand.

"Frédéric Mitterrand veillera" désormais "en sa qualité de directeur éditorial à préserver et développer le catalogue" de Christian Bourgois Éditeur, annonce dans un communiqué, mardi 9 avril, la maison contrôlée depuis janvier par la holding de la famille Mitterrand, dirigée par Olivier Mitterrand. "Madame Dominique Bourgois, président et éditeur, quitte ses fonctions à compter de ce jour", précise le communiqué.

L'annonce du départ de Dominique Bourgois de la présidence de la maison, et de l'arrivée à la direction éditoriale de l'écrivain, réalisateur et animateur de télévision, ancien ministre de la Culture de Nicolas Sarkozy, fait suite au "partenariat stratégique" annoncé il y a trois mois par Christian Bourgois Éditeur et la société d'investissement de la famille Mitterrand. Ceux-ci expliquaient alors que "ce rapprochement se fait dans le respect et la continuité de l'héritage intellectuel et de la politique éditoriale, étrangère et française, de Christian Bourgois, poursuivis depuis plus de 10 années par son épouse."

"La société Christian Bourgois Éditeur rend hommage à Madame Dominique Bourgois et ses équipes, qui ont poursuivi le travail de Monsieur Christian Bourgois", précise le communiqué.

Dominique Bourgois, avait succédé à son mari après son décès, en 2007. Diffusée par le CDE et distribuée par la Sodis (groupe Madrigall), la maison fondée en 1966 par Christian Bourgois est célèbre pour être devenue dès 1972 l’éditeur français de J. R. R. Tolkien, puis en 1989 celui des Versets sataniques de Salman Rushdie. Dominique Bourgois définissait le catalogue de sa maison comme "une librairie idéale ou, du moins, un de ses aspects." 
 
close

S’abonner à #La Lettre