Un premier roman par jour

Guy Boley, "Fils du feu", chez Grasset

Guy Boley - Photo J.-F. PAGA

Guy Boley, "Fils du feu", chez Grasset

Tous les jours pendant l’été, Livres Hebdo présente un premier roman de la rentrée littéraire 2016. Aujourd'hui Fils du feu de Guy Boley.

Par Agathe Auproux,
Créé le 04.07.2016 à 12h54,
Mis à jour le 04.07.2016 à 13h00

"Souvent il arrivait que papa et Jacky martèlent de concert." C'est la première phrase de Fils du feu, premier roman du dramaturge Guy Boley, qui paraîtra le 24 août aux éditions Grasset. Fils du feu raconte la reconstruction personnelle d’un fils de forgeron qui perd son frère très jeune et ne retrouve la paix qu’une fois adulte, dans les tableaux qu’il crée, devenu peintre confirmé. La perte de ce frère a profondément marqué l’enfance du narrateur: son père s’est noyé dans l'alcool et sa mère a choisi de faire comme si rien ne s'était passé.
 
Selon Jean-Claude Perrier, qui a fait l’avant-critique de l’ouvrage dans le Livres Hebdo du 10 juin, "Fils du feu n’est pas un "roman d’initiation" de plus. L’histoire est servie par une écriture qui se grise de mots, célèbre notre langue et celles qui l’ont nourrie: "Le vent d’est traînait par la crinière des lambeaux de consonnes teutonnes, de voyelles latines, d’empreintes sumériennes, cunéiformes ou coptes", écrit Boley".
 
Guy Boley est né en 1952. Il a été maçon, ouvrier d’usine, chanteur des rues, cracheur de feu, acrobate, saltimbanque, directeur de cirque, funambule à grande hauteur, machiniste, scénariste, chauffeur de bus, garde du corps et cascadeur avant de devenir dramaturge pour des compagnies de danses et de théâtre. Il compte à son actif une centaine de spectacles joués en Europe, au Japon, en Afrique ou aux États-Unis. 

Le dossier Rentrée littéraire 2016 de Livres Hebdo, paru dans le numéro du 1er juillet, recense 66 premiers romans francophones et propose une analyse et bibliographie complètes des ouvrages à paraître entre août et octobre prochains.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités