Jack London, Miguel de Unamuno, Richard Jewell et Carolina Sanin sur grand écran | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 18.02.2020 à 12h51 (mis à jour le 18.02.2020 à 13h00) Cinéma

Jack London, Miguel de Unamuno, Richard Jewell et Carolina Sanin sur grand écran

Omar Sy dans L'appel de la forêt

En salles le 19 février, on pourra voir L'Appel de la forêt, adapté du roman de Jack london, Lettre à Franco, film biographique sur l'écrivain Miguel de Unamuno, Le cas Richard Jewell, biopic autour de l'attentat de 1996 à Atlanta et Une mère incroyable, avec l'écrivaine colombienne Carolina Sanin en actrice principale.

- L'appel de la forêt. Le roman de Jack London, publié aux Etats-Unis en 1903 puis en France en 1906, suit, dans cette nouvelle adaptation produite par Disney, Buck, un chien au grand cœur, dont la vie bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Le film réunit Harrison Ford et Omar Sy. ce classique jeunesse du roman d'aventures a déjà été adapté plusieurs fois à la télévision comme au cinéma, notamment avec Clark Gable dans le film de William A. Wellman en 1935, et avec Charlton Heston et Michèle Mercier dans la version de Ken Annakin en 1972.

Gallimard a réédité le roman en poche chez folio le 17 octobre dernier. Le livre de poche le réédite le 26 février. Callidor dans sa collection "Collector" a publié une version illustrée par Mirko Hanak le 31 janvier dernier. Le texte est aussi dispoblie chez plusieurs éditeurs scolaires, ainsi qu'en bande dessinée, adaptée par Fred Simon, chez Delcourt (2010).
 

- Lettre à Franco. Alejandro Amenabar (Mar Adentro) a reçu 5 prix Goyas en Espagne pour son nouveau film, qui relate l'été 1936 du célèbre écrivain Miguel de Unamuno. Celui-ci décide de soutenir publiquement la rébellion militaire avec la conviction qu'elle va rétablir l’ordre. Pendant ce temps, fort de ses succès militaires, le général Francisco Franco prend les rênes de l’insurrection. Alors que les incarcérations d’opposants se multiplient, Miguel de Unamuno se rend compte que l’ascension de Franco au pouvoir est devenue inéluctable. Fort du soutien de la famille de l'écrivain et d'une documentation assez dense, le cinéaste a pu dessiner le portrait d'un homme coincé dans sa maison, rejeté par ses amis, et qui finalement se rebelle.

En France, on retrouve le parcours de l'écrivain dans l'essai La frustration de l'intellectuel libéral, Espagne 1898-1936, de Paul Aubert (Sulliver, 2010) et dans le Dictionnaire amoureux de l'Espagne de Michel Del Castillo (où l'on croise aussi Franco), paru chez Plon en 2005. Carlos Serrano lui avait aussi consacré une biographie sous forme de recueil d'articles dans Miguel de Unamuno (Presses Sorbenne nouvelle, 2004). De nombreux ouvrages de Miguel de Unamuno sont parus en France, notamment son Journal intime, traduit par Paul Drochon publié aux Éditions du Cerf en 1989.
 


- Le cas Richard Jewell. Clint Eastwood revient avec tout son talent en reprenant une histoire vraie liée au terrorisme. Cette fois-ci il se focalise sur l'attentat d'Atlanta, durant les jeux olympiques de 1996, où un simple homme de sécurité passe en moins de quelques jours du statut de héros à celui de suspect puis de présumé coupable par les médias et le FBI. Ce biopic, qui dénonce à la fois le pouvoir des médias et celui du gouvernement, a été écrit à partir d'un article paru dans Vanity Fair en 1997 (disponible sur Kindle) et d'un essai de Kevin Alexander et Kevin Salwen, The Suspect: An Olympic Bombing, the FBI, the Media, and Richard Jewell, the Man Caught in the Middle, publié chez Abrams press en novembre dernier et inédit en France.
 


- Une mère incroyable. Ce film franco-colombien de Franco Lolli, présenté à la Semaine de la Critique l'an dernier, raconte l'histoire d'une avocate et mère célibataire de Bogota qui est mise en cause dans un scandale de corruption, alors que sa mère est gravement malade et qu'elle trouve l'amour pour la première fois depuis des années. La particularité du film est que le rôle principal est tenu par une éditorialiste, écrivaine (et militante féministe) colombienne, Carolina Sanin. Non traduite en France, son œuvre comporte deux romans (Todo en otra parte chez Planeta, Los ninos chez Siruela), une biographie (Alfonso X chez Panamericana), deux livres jeunesse, un essai (Somos luces abismales chez Literatura Random House) et deux recueils de contes. Elle enseigne aussi la littérature médiévale, la traduction et l'écriture créative.
 

 
close

S’abonner à #La Lettre