Disparition

Jean-Claude Fasquelle, seigneur de l'édition française, s'éteint

Jean-Claude Fasquelle - Photo OLIVIER DION

Jean-Claude Fasquelle, seigneur de l'édition française, s'éteint

Héritier des éditions Fasquelle, patron de Grasset et Fasquelle durant 33 ans, Jean-Claude Fasquelle est mort à l'âge de 90 ans samedi 13 mars.

Par Vincy Thomas,
avec AFP,
Créé le 13.03.2021 à 19h55,
Mis à jour le 15.03.2021 à 12h56

Jean-Claude Fasquelle, figure de légende de l'édition française, est décédé à l'âge de 90 ans, ont annoncé samedi les éditions Grasset qu'il a dirigées pendant des années. "Les Editions Grasset & Fasquelle ont la grande tristesse d'annoncer le décès de Jean-Claude Fasquelle, ancien Président directeur général de la maison de 1981 à 2000", ont-elles indiqué sur Twitter.
Né le 29 novembre 1930, Jean-Claude Fasquelle, petit-fils de l'éditeur de Zola, avait été P-DG des éditions Fasquelle, fondées par son grand-père en 1896, avant la fusion en 1967 avec les éditions Grasset, rachetée par Hachette en 1954. Taiseux, poli, toujours tiré à quatre épingles dans d'élégants costumes croisés, adepte de répliques concices et cinglantes, l'homme en imposait, par sa carrure et son charisme.

"Un rapide coup d'oeil sur ma date de naissance (1930) suffirait à expliquer la décision que j'ai prise d'organiser, maintenant, l'avenir et le développement d'une maison à la direction de laquelle j'ai consacré 47 ans", explique alors Jean-Claude Fasquelle, restant en tant que président du conseil de surveillance puis président d'honneur d'un des plus grands éditeurs français. La maison édite notamment Flaubert, Maupassant, Mirbeau, Alfred Jarry, Marcel Pagnol, Edmond Rostand et Alphonse Daudet... La petite maison, sous sa direction, deviendra un acteur majeur du secteur, tant du côté du chiffre d'affaires que des prix littéraires les plus importants. Le premier succès arrive en 1966 quand le Goncourt est attribué à Edmonde Charles-Roux (Oublier Palerme). Le premier Goncourt depuis la Libération.

Costa Brava

Avec lui, de grands noms de la littérature, comme Umberto Eco ou le prix Nobel Gabriel García Marquez, rejoignent Grasset. Il enrôle aussi de jeunes éditeurs brillants comme Manuel Carcassonne ou Florent Massot qui fait entrer Virginie Despentes dans le catalogue. Pour relancer sa maison dans les années 1960, il co-fonde la collection "Libelles" (des textes courts de nouveaux auteurs comme François Nourissier) et créé les "Cahiers rouges", une collection de semi-poche. Jean-Claude Fasquelle avait également été propriétaire et directeur du mensuel Le Magazine littéraire (et plus tard actionnaire des Inrockuptibles).

Sa vie privée et sa vie professionnelle se mélangeaient, à Paris ou à Cadaquès, manoeuvrant pour les Grands prix d'automne sous le soleil d'Espagne, ou transformant ses aventures éditoriales en liens amicaux indéfectibles.

Son plus gros coup aura quand même été de convaincre Brigitte Bardot d'écrire ses Mémoires, malgré les réticences de ses équipes, et d'en faire un best-seller vendu à plus d'un million d'exemplaires au milieu des années 1990.

De Privat à Eco

À partir de 1954, il a dirigé les éditions Fasquelle. Une belle endormie à l'époque, en manque de nouveaux auteurs, dont la Librairie Hachette possède déjà près de la moitié du capital. Après la fusion avec Grasset opérée par Bernard Privat en 1959, il devient directeur général des éditions Grasset & Fasquelle, puis succède à Privat comme P-DG de la maison en 1981, avant d'être nommé président du conseil de surveillance en 2000. La famille Fasquelle cède ses 13,5% du capital qui lui restait à Hachette en 2006.

Après son départ de Grasset, il accepte la présidence d'honneur de la maison. En 2015, il devient actionnaire de La nave di Teseo, une maison d'édition italienne voulue par Umberto Eco. Grâce à sa connaissance des rouages du capital, il pouvait rester curieux en investissant dans des maisons plus indépendantes: les éditions du Sagittaire, reprises à la fin des années 1970, ou Au Diable Vauvert en tant qu'actionnaire minoritaire.

Il est également membre de l'Académie universelle des cultures et des jurys des prix Méditerranée et Jean-Freustié. Enfin, il est aussi vice-président de la Société littéraire des amis d'Émile Zola.

L'écrivain Bernard-Henri Levy a fait part sur Twitter de son "grand chagrin". "Un éditeur de cape et d’épée. Un immense lecteur à l’ancienne. Toute la poésie, le romanesque, l’esprit d’aventure du monde (de l’édition) d'hier", a-t-il commenté.

Avec sa première épouse, Solange, il était le père d'Ariane Fasquelle, également éditrice, morte en avril 2016. Sa seconde épouse Nicky Fasquelle, directrice historique du Magazine Littéraire, est décédée le 13 avril 2020.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités