Jean-Pierre Marielle, comédien et conteur, en livres | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 25.04.2019 à 13h40 (mis à jour le 25.04.2019 à 14h00) Disparition

Jean-Pierre Marielle, comédien et conteur, en livres

Jean-Pierre Marielle dans "On aura tout vu" en 1976

Le comédien, inoubliable interprète du musicien Sainte-Colombe dans Tous les matins du monde, est mort mercredi à l'âge de 87 ans. Outre son livre autobiographique, il avait été un conteur recherché pour les livres audio.

Le comédien Jean-Pierre Marielle est mort le 24 avril à l’âge de 87 ans. Sept fois nommé aux César, l’acteur reconnaissable à sa voix grave et chaude, amateur de jazz et de poésie, avait joué durant sept décennies au cabaret, au théâtre (Molière du meilleur comédien pour Le retour, d'Harold Pinter), au cinéma et à la télévision.
 
Populaire, dans le drame comme dans la comédie (Les galettes de Pont-Aven est sans aucun doute la plus culte), il avait été mis en scène par Claude Berri, Philippe de Broca, Bertrand Blier, Patrice Leconte, Claude Sautet, Bertrand Tavernier, Claude Lelouch ou encore Claude Miller.

De Patrick Modiano à Dan Brown
 
L'acteur a ainsi incarné des personnages imaginés par des écrivains aussi divers que Dan Brown (Da Vinci Code), Anton Tchekhov (La petite Lili, d’après La mouette), Alain Fournier (Le grand Meaulnes), Philippe Claudel (Les âmes grises), Patrick Modiano (Le parfum d’Yvonne, d’après Villa triste), Marcel Aymé (Uranus), Pascal Quignard (Tous les matins du monde), Jean-François Josselin (Quelques jours avec moi), Jim Thompson (Coup de torchon, d’après 1275 âmes), Robin Cook (Les mois d’avril sont meurtriers), Charles Perrault (Le petit Poucet), Evan Hunter (Sans mobile apparent, d’après Dix plus un) ou Robert Merle (Week-end à Zuydcoote). Il avait même incarné un éditeur dans Les femmes, de Jean Aurel.
 
Lecteur et auteur

Amoureux des mots, Jean-Pierre Marielle avait écrit un autoportrait sous forme d’abécédaire, où il se confiait à travers des anecdotes et des traits d’esprit. Le grand n’importe quoi, paru chez Calmann-Lévy en 2010, avait été un joli succès de librairie avec près de 30000 exemplaires vendus. Il était aussi conteur, lisant des contes d’Anderson (deux coffrets de trois récits) pour l’éditeur Frémeaux (2006 et 2008). Il a également lu le conte musical Philomène et les ogres, d’Arnaud Delalande et Charles Dutertre (Gallimard Jeunesse « Giboulées », 2011). Pour les adultes, il avait prêté sa voix aux textes de Bernard Giraudeau, Cher amour (Audiolib, 2012), ce qui lui avait valu un « coup de cœur » de l'Académie Charles Cros pour sa lecture. Il a aussi brillé en lisant sur scène Correspondances de Groucho Marx (Folio, 1990), mis en scène par Patrice Leconte en 2007.
 
On le retrouve également dans des livres consacrés à la bande du Conservatoire ou aux grandes gueules du cinéma d’Audiard : Les éléphants, Blier, Carmet, Marielle, Rochefort et les autres, de Philippe Durant (Sonatine, 2012) . Ou dans l’autobiographie de Jean-Paul Belmondo, Mille vies valent mieux qu’une (Fayard, 2016).
close

S’abonner à #La Lettre