Edition

Porté par le succès récent de titres comme Les Indes fourbes (Delcourt), Cher pays de notre enfance (Futuropolis) ou Révolution (Actes Sud), le marché de la bande dessinée historique attire un nouvel acteur : Passés Composés lance à la rentrée une collection « Biopic ». Les deux premiers titres sont consacrés à Severiano de Heredia, métisse d'origine cubaine qui présida le conseil municipal de Paris sous la IIIe République, et au trafic d'opium dans les Appalaches pendant la Grande dépression des années 1930. « L'idée n'est pas de proposer une leçon d'histoire telle qu'il en existe dans un livre de texte, mais de montrer à travers des parcours individuels, réels ou fictifs, l'épaisseur d'une période », résume Nicolas Gras-Payen, directeur éditorial chez Passés Composés. Si le ballon d'essai s'avère concluant, l'éditeur prévoit de publier deux albums par an. Perrin, de son côté, avait manifesté son intérêt pour la bande dessinée en entamant des discussions avec Delcourt avant le début de la crise sanitaire. Si le Covid-19 a momentanément interrompu les échanges, le chantier devrait revenir à l'étude avec la fin des restrictions. Dunod s'essaie aussi au genre avec À bâbord toute ! Histoire de la gauche en BD, paru en avril, et entend faire de la bande dessinée et du roman graphique une composante de sa stratégie éditoriale en histoire. L'éditeur annonce ainsi pour septembre Photographix : la grande histoire de la photographie en BD.

Des ventes de fonds

La production de la rentrée est abondante : Fayard et Glénat continuent d'alimenter la coédition à succès « Ils ont fait l'histoire » à raison de trois titres par an. Après une réédition en un volume de la trilogie Napoléon en mars dernier, suivront cet automne deux albums consacrés à Clovis et Talleyrand. La collection, qui comprend aujourd'hui une vingtaine de titres, se vend « comme du fonds », se félicite Sophie Hogg-Grandjean, directrice éditoriale chez Fayard. Sur un rythme plus soutenu, Glénat annonce pour l'automne le 5e tome de L'épopée de la franc-maçonnerie inaugurée en septembre 2020 et dont les ventes cumulées des quatre premiers volumes dépassent les 50 000 unités. De la même manière, toujours chez Glénat, Jean-Yves Delitte a publié le 9 juin Leyte, 17e tome en seulement quatre ans de la série « Les grandes batailles navales », avec des ventes moyennes de 10 000 exemplaires.

Aux Arènes, Leïla Slimani et Clément Oubrerie signent le deuxième volume d'À mains nues, biographie de Suzanne Noël, féministe et pionnière de la chirurgie réparatrice dont le premier tome a déjà atteint 25 000 exemplaires depuis sa parution en novembre dernier selon GFK. L'éditeur annonce également un deuxième volume de La grande peste, de Cédric Simon et Éric Stalner, et publiera le 9 septembre le premier tome de La trilogie berlinoise, par Pierre Boisserie et François Warzala, qui a pour cadre les Jeux olympiques de Berlin en 1936. Chez Delcourt, Gérard Noiriel s'associe à Lisa Lugrin et Xavier Clément pour proposer Une histoire populaire de la France, Vol. 1. Des origines à 1871, dans la ligne de son best-seller Une histoire populaire de France paru en 2018 chez Agone. Enfin à La Découverte, le 11e opus d'« Histoire dessinée de la France », Dans l'absolu, de Louis XIII à Louis XIV, paraîtra en octobre.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités