La disparition de Josef Mengele traduit en anglais et adapté au cinéma | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 17.01.2020 à 18h23 (mis à jour le 17.01.2020 à 19h00) Droits

La disparition de Josef Mengele traduit en anglais et adapté au cinéma

Concentration maximale pour Olivier Guez (Grasset) lauréat du prix Renaudot - Photo OLIVIER DION

Le prix Renaudot 2017 sera publié en juin au Royaume-Uni. Une adaptation au cinéma est en cours de production.

L'éditeur britannique Verso Fiction a acquis les droits pour le Royaume-Uni et le Commonwealth, à l'exception du Canada, du roman d'Olivier Guez, La disparition de Josef Mengele, Prix Renaudot 2017.

Verso Fiction est une entitée créée en 2019 par l'éditeur Verso Books. Elle publiera le livre le 9 juin. Ce sera la première version anglaise, traduite par Georgia de Chamberet, de ce récit qui traque l'ancien docteur nazi. Grasset nous confirme avoir déjà cédé les droits du livre dans 27 autres pays, parmi lesquels la Chine (Haitian), les Pays-Bas (Meulenhoff), l'Allemagne (Aufbau Verlag), l'Espagne castillanne (Tusquets), l'Italie (Neri Pozza), le Japon (Tokyo Sogensha), la Corée du sud (The Open Books), le Brésil (Intrnseca) et la Russie (Knizhniki).

Tous formats confondus, le livre s'est vendu à plus de 350000 exemplaires en France selon GFK.

Un réalisateur russe pressenti

Par ailleurs, la société de Charles Gillibert, CG Cinéma (les films d'Olivier Assayas, le documentaire M ou encore le prochain Leos Carax, Annette), a obtenu les droits d'adaptation cinématographiques. Le réalisateur et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov (Leto) est pressenti pour le réaliser. Il tourne actuellement Les Petrov dans la grippe et autour d’elle, adaptation d’un best-seller russe signé Alexeï Salnikov inédit en France. Il raconte la vie d’un auteur de bandes dessinées et de sa famille, dans la Russie post-soviétique. Souffrant d’une grippe intense, Petrov est entraîné par son ami Igor dans une longue déambulation alcoolisée, à la lisière entre le rêve et la réalité.

Kirill Serebrennikov avait été assigné à résidence durant plus d'un an et demi, jusqu'en avril 2019, et avait interdiction de sortir de Moscou jusqu'en août dernier. Le pouvoir russe lui reproche d’avoir touché des subventions pour des créations non réalisées et d’avoir détourné de l’argent.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre