La patronne de France Télévisions veut de nouvelles émissions sur le livre | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 10.02.2020 à 12h13 (mis à jour le 10.02.2020 à 13h00) Médias

La patronne de France Télévisions veut de nouvelles émissions sur le livre

Delphine Ernotte envisage des partenariats avec Radio France pour lancer de nouveaux formats consacrés à la littérature.

Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, répond finalement à la tribune publiée dans Le Monde le 12 novembre, où plusieurs éditeurs français se plaignaient de l'absence d'émissions littéraires à la télévision.

Dans le JDD, on apprend que la P-DG a décidé d'en faire un dossier pour sa réélection qui survient cette année. L'hebdomadaire annonce ainsi, qu'à côté de "La Grande Librairie" (France 5) et d'"Un livre, un jour" (France 3), d'autres formats "sont à l'étude".

Elle aurait rencontré les principaux éditeurs et veut installer des rendez-vous "qui mettent en avant de jeunes auteurs ou créateurs, et à l'honneur d'autres formes d'expression et d'écriture ". Elle envisage ainsi des passerelles avec Radio France, à l'image de "La librairie francophone", émission de France Inter lancée il y a un an sur TV5 Monde.

Dans leur tribune dans Le Monde, Antoine Gallimard (P-DG de Gallimard), Guillaume Allary (président d'Allary éditions), Anna Pavlowitch (présidente de Flammarion), Véronique Cardi (présidente de JC Lattès), Sophie Chavanel (directrice déléguée des éditions Plon), Manuel Carcassonne (directeur général de Stock), Olivier Nora (P-DG de Grasset), Philippe Robinet (directeur général de Calmann-Lévy et Kero), Vincent Montagne (président du SNE) ou encore l’ancienne ministre de la Culture Françoise Nyssen (Actes Sud) regrettaient les déprogrammations successives, en 2019, des émissions "Dans quelle éta-gère" (France 2), "Livres & vous" (Public Sénat) et "Entrée libre" (France 5).

"L’édition en souffre, dès aujourd’hui la lecture, dès demain la création littéraire, dès après-demain l’audimat pour la création télévisuelle. Ni l’édition ni la télévision n’auraient à gagner à terme à un tel divorce" expliquaient les signataires, qui tiraient ainsi le signal d'alarme et demandaient des mesures d'urgence. 
close

S’abonner à #La Lettre