La sélection du prix du Premier roman 2019 | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 04.09.2019 à 12h24 (mis à jour le 04.09.2019 à 14h06) Rentrée littéraire 2019

La sélection du prix du Premier roman 2019

Adrien Blouët - Photo MARC MELKI

Dix-sept premiers romans français et étrangers ont été retenus pour ce prix décerné à deux auteurs.

Le jury du prix du Premier roman s’est réuni, mardi 3 septembre, pour établir sa sélection 2019. Dix-sept titres ont été retenus, treize en langue française et quatre étrangers.

On remarque encore une fois la présence du Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel), véritable sensation des prix littéraires de la rentrée 2019, déjà lauréate des prix Stanislas et Première plume.

Créé en 1977, le prix du Premier roman récompense deux livres, un français et un étranger. L’an dernier, Clélia Renucci et Shih-Li Kow ont été récompensées pour Concours pour le paradis (Albin Michel) et La somme de nos folies (Zulma).

Présidé par Gérard de Cortanze, le jury réunit Georges-Olivier Châteaureynaud, Jean Chalon, Annick Geille, Jean-Claude Lamy, Gilles Pudlowski, Joël Schmidt, Jean-Pierre Tison et Philippe Vallet.

La sélection de romans français
  • Suiza de Bénédicte Belpois (Gallimard)
  • L’absence de ciel d'Adrien Blouët (Noir sur Blanc)
  • L’âme du violon de Marie Charvet (Grasset)
  • Tout le bleu du ciel de Melissa da Costa (Carnets Nord)
  • On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas (Plon)
  • Baudelaire et Apollonie : le rendez-vous charnel de Céline Debayle (Arléa)
  • A la demande d’un tiers de Mathilde Forget (Grasset)
  • A crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk (Aux Forges de Vulcain)
  • Un cheval dans la tête, Sylvie Krier (Serge Safran)
  • Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel)
  • Loin d'Alexis Michalik (Albin Michel)
  • J’écris ton nom de Sylvestre Sbille (Belfond)
  • Une histoire italienne de Laura Ulonati (Gallimard)  
La sélection de romans étrangers
  • Le cinquième bateau de Monika Kompanikova, traduit par Vivien Cosculluela (Belleville éditions)
  • Les patriotes de Sana Krasikov, traduit par Sarah Gurcel (Albin Michel)
  • Tangerine de Christine Mangan, traduit par Laure Manceau (HarperCollins)
  • Cendrillon et moi: la belle-mère parle enfin, de Danielle Teller traduit par Audrey Coussy (Denoël)
close

S’abonner à #La Lettre