Tempête Alex

La vie des librairies et des bibliothèques bousculée en Vésubie

Photo COPYRIGHT SWAN DUHAMEL

La vie des librairies et des bibliothèques bousculée en Vésubie

Touchée par la tempête Alex le premier week end d’octobre, la vallée de la Vésubie se relève doucement. Toutefois, si la vallée a été dévastée, les lieux culturels ont été épargnés.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Gabinari, Thomas Faidherbe,
Créé le 12.10.2020 à 19h28,
Mis à jour le 12.10.2020 à 20h00

Sévissant depuis le 30 septembre, la tempête Alex a terminé son parcours destructeur le 3 octobre dans les Alpes Maritimes et plus particulièrement dans les Vallées de la Tinée, de l’Estéron, de la Roya et de la Vésubie. Les librairies et les bibliothèques ont été épargnées mais la reprise s’annonce compliquée. 
 
Saint-Martin-de-Vésubie a été l’un des villages les plus touchés par la catastrophe. « Au lendemain du passage de la tempête, les maisons étaient éventrées ou coupées en deux. J’avais l’impression que le village avait été bombardé » nous confie Caroline Duhamel, propriétaire de la librairie La Vagabonde, et dont l’appartement a été inondé.  Certains hameaux ont également été coupés du reste du village et il a fallu attendre ce week-end pour qu’une passerelle, dont le passage nécessite d’être encordé, soit mise en place afin de permettre aux habitants isolés de rejoindre le centre. 
 
Située dans la partie ancienne du village, son établissement n’a pas été touchée par les flots. Si la librairie a été épargnée physiquement, son fonctionnement risque d’être très compliqué dans les mois à venir. « Une grande partie de notre clientèle vient de l’extérieur, nous confie Caroline Duhamel, or les routes d’accès sont impraticables pour le moment et de nombreuses maisons secondaires que possédaient les habitants de la côte ont été emportées dans la tempête. » 
 
Même constat pour Olivier Perrin, propriétaire de l’unique librairie de Saorge, Le Caïros: « Notre librairie est située dans un petit village de 400 habitants où le tourisme est une ressource importante. Avoir perdu tous les ponts d’accès au village dans la tempête met donc en péril sa survie. » 
Photo COPYRIGHT JULIETTE DUHAMEL

Des bibliothèques sauvées des eaux
 
Au-delà de l’effet de sidération qu’a produit cette catastrophe, une belle solidarité s’est mise en place. Caroline Duhamel nous raconte qu’il lui a été proposé gracieusement, à elle et à sa famille, de vivre dans les chambres d’un gite le temps des travaux de restauration. Une démarche qui l’encourage à ne pas abandonner la librairie : « J’ai envie que le village reprenne vie, je ne quitterai pas le bateau comme ça, ce n’est pas envisageable. »
 
Du côté des bibliothèques, aucun établissement n’a été touché par les crues et les torrents de boue. L’ensemble des établissements dans les communes de Roquebillière, la médiathèque de Saint-Martin-de-Vésubie, Tende ou encore Valberg en sont sorties indemmes, y compris la future médiathèque de Fontan, en travaux jusqu’en janvier 2021. Par précaution, certaines mairies, dont Roquebillière, ont préféré fermer le réseau départemental de lecture publique.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités