Bibliothèque

L’ABF réagit au rapport de Sylvie Robert

Sylvie Robert, sénatrice d’Ille-et-Vilaine et auteur du rapport sur les horaires d’ouverture des bibliothèques. - Photo DR

L’ABF réagit au rapport de Sylvie Robert

L’Association des bibliothécaires de France salue le travail réalisé par la sénatrice d’Ille-et-Vilaine sur les horaires d’ouverture des bibliothèques et se réjouit du renforcement de certaines mesures d’accompagnement.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 17.11.2015 à 18h16,
Mis à jour le 17.11.2015 à 19h00

Dans son communiqué rendu public le 17 novembre, l’Association des bibliothécaires de France (ABF) revient sur le travail mené par la sénatrice d’Ille-et-Vilaine Sylvie Robert dans son rapport sur les horaires d’ouverture des bibliothèques, présenté le 2 novembre à la ministre de la culture et de la communication, Fleur Pellerin.
 
L’association professionnelle se réjouit que ce document souligne que les bibliothèques sont "l’équipement culturel qui s’est le plus remis en question face aux mutations de notre société et qui possède le potentiel le plus fort de mutabilité”, et qu’il donne un contenu politique contemporain aux bibliothèques publiques.
 
18 mesures proposées

Concernant les 18 mesures préconisées par la sénatrice, l’ABF approuve leur diversité car, "seule une conjonction de mesures et de facteurs  permettront d’avancer sur cette question", et apprécie que "soit soulignée la diversité des situations territoriales et donc des solutions à apporter, l’ouverture du dimanche n’étant qu’une possibilité parmi d’autres”.
 
L’association souligne également que ces préconisations s’adressent selon les cas aux collectivités et au gouvernement, ce qui invite à "une responsabilité partagée qui laisse aux collectivités l’intégralité de leurs compétences tout en confirmant le rôle d’incitation mais aussi de solidarité de l’Etat”. Si elle salue l’amendement voté le 9 novembre qui permet de consacrer une partie de la DGD (dotation générale décentralisée) aux dépenses de fonctionnement et notamment des frais de personnels vacataires nécessaires à l’élargissement des horaires d’ouverture, l’ABF déplore que cela se fasse à budget constant.
 
L’ABF conclut en soulignant qu’elle est consciente "des difficultés que peuvent rencontrer les collectivités territoriales dans le contexte actuel des contraintes budgétaires. Il est néanmoins nécessaire de sauvegarder un service public essentiel, en refusant la réduction du nombre d’heures d’ouverture des bibliothèques territoriales, voire en les augmentant ou du moins en les choisissant judicieusement".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités