Langue

L’Académie française devrait annoncer "dans les tout prochains jours", une féminisation des noms de métier, révèle l’hebdomadaire L’Express. Une véritable révolution copernicienne pour l’institution du Quai de Conti, qui refusait depuis des années de reconnaitre l’évolution des usages de la langue française.
 
Les Immortels devraient donc reconnaitre la validité des versions féminisées de nombreux termes comme préfète, procureure ou ambassadrice, utilisés dans le langage courant mais exclus des dictionnaires sémantiques. La féminisation des noms de métiers s’inscrit en réalité dans l’histoire de la langue française, rappelle L’Express, puisqu’on retrouve la trace de versions féminisées jusqu’au XVIIe siècle, date à laquelle les femmes "ont été exclues d’un certain nombre de professions".
 
Réputée conservatrice, l’Académie française était exclusivement composée d’hommes jusqu’en 1980, date à laquelle Marguerite Yourcenar (1903-1987) fut élue au fauteuil numéro 3, grâce, notamment, aux efforts de Jean d’Ormesson (1925-2017). Actuellement, 5 femmes siègent sous la coupole de l’Académie, et Hélène Carrère d’Encausse en est la secrétaire perpétuelle depuis 1999.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités