GRAND PRIX DES BIBLIOTHÈQUES 2021

[Le bibliothécaire de l'année] Alain Colas, le metteur en scène (2/5)

Alain Colas est le directeur de la BNU depuis 2016. - Photo BNU

[Le bibliothécaire de l'année] Alain Colas, le metteur en scène (2/5)

Livres Hebdo présente chaque semaine un des candidats à l’élection du prix du Bibliothécaire de l’année 2021, pour laquelle nos lecteurs professionnels du livre sont appelés à voter. Aujourd’hui, Alain Colas, directeur de la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 20.08.2021 à 15h30,
Mis à jour le 20.08.2021 à 16h00

Il admire chez l’écrivain (et bibliothécaire) George Bataille le côté « transgressif ». Alain Colas s'y retrouve un peu. « Peut-être dans mon management, loin du formalisme. Je veux faire confiance aux équipes. C’est lié au fait que j’ai travaillé avec des artistes, en prenant en compte leur leur égo, mais dans le collectif », justifie le directeur de la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg.

En janvier, il a été renommé pour un second mandat de cinq ans à la tête de la "deuxième bibliothèque de France", musée qui abrite des trésors, parmi lesquels des papyrus par milliers — « sans doute la plus grande collection après le Louvre », s’émerveille le conservateur de 56 ans.

Une de ses missions : offrir à tous, et pas seulement aux étudiants de Strasbourg, des expositions, des débats, des performances et des concerts rivalisant avec les institutions parisiennes. Lui, s’émeut devant une peinture de Hopper ou Picasso (« la période bleue »), écoute du classique, de la pop, du rock (David Bowie, Bruce Springsteen), lit et relit Jean Genet et Bernard-Marie Koltès.

Il rafole également du cinéma d’Andrei Tarkovsky. « Ado, on faisait des films en Super 8 avec les copains. Aujourd'hui, j’achète beaucoup beaucoup de films, je dois en avoir une collection de 600 », s’amuse le médiathécaire. Mais reste une carence : « la mer, la mer et encore la mer ! Le Rhin ne remplace absolument pas la mer ! », scande-t-il, de sa voix musicale.

Théâtre

Alain Colas est Breton d’adoption, de Morlaix, dans le Finistère. Puis il entame son avancée vers l’est, à Rennes, pour une prépa littéraire. Après il s'octroie une année sabbatique pour se consacrer à sa passion : le théâtre. Avant de se ranger à nouveau à l’université pour un cursus dramaturgique, complété d’une maîtrise de littérature comparée.

En parallèle, il intègre un collectif d’élèves des beaux arts et musiciens, dans lequel il joue et écrit. La dernière pièce, c’était une commande, en 1995, pour les Tombées de la Nuit, à Rennes — une adaptation d’un poème sénégalais, qu’il enrichit d’une chorégraphie. C’était sa vocation : metteur en scène, comme Patrice Chéreau, que l’étudiant part rejoindre à Nanterre.

C’était du moins le scénario initial. Mais son idole vient de quitter la direction des Amandiers. Alain Colas reste tout de même dans la ville et s’inscrit pour une thèse sur « les annotations manuscrites de Samuel Beckett à partir des archives de l’Inet (l’Institut national des études territoriales) », détaille-t-il. A côté, pour gagner sa vie, le « littéraire pur » travaille à la bibliothèque municipale de Cergy-Pontoise.

Tout s’emballe. Suite aux conseils d’une collègue, il se présente la même année au concours de conservateur, où il est reçu. Suit en 1991 le diplôme de l’École nationale supérieure des bibliothécaires (ENSB), juste avant qu’elle ne devienne l’Enssib.

Informatisation

Premier job : il est chargé de l’informatisation de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) à Nanterre, l’ancêtre de la Contemporaine. « C’était les débuts de l’informatisation, j’ai appris sur le tas », se souvient celui qui forme ses collègues. Ce qui l’intéresse le plus : créer le centre de documentation sur les droits de l’homme.

En 1996, changement d’univers : direction les bureaux du Ministère de l’Enseignement supérieur, à la sous-direction des bibliothèques, pour s’occuper des réseaux des Unités régionales de formation et de promotion pour l'information scientifique et technique (Urfist). « On a inscrit la formation documentaire comme une des missions des bibliothèques universitaires, ce qui est aujourd’hui complètement intégré », retient-il.

Mais voilà, il veut retourner sur le terrain. Ce sera à la bibliothèque interuniversitaire Sainte-Geneviève, au cœur du Quartier latin à Paris. « Je me suis encore retrouvé avec une réinformatisation ! », rit-il, non sans une pointe d’exaspération. Le conservateur général apprend la gestion humaine, met en place une nouvelle identité visuelle… « C’était une grosse bibliothèque de recherche, mais qui desservait des publics très larges », apprécie le démocratisateur, également séduit par la beauté patrimoniale des lieux.

Ministère

Il y serait bien resté, mais le Ministère le rappelle pour prendre la direction du bureau de coordination documentaire. C’est lui qui, chaque année, a le pouvoir de répartir le budget des BU. Le directeur suit de près leurs projets, se rend sur place.

En 2013 sonne son accession à la tête du Département de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (DISTRD), où il participe à la future création de la plateforme de ressources CollEx-Persée. Il la pilote aujourd’hui depuis la BNU, où il est nommé directeur en 2016, lui qui œuvrait déjà en coulisses, au sein de son conseil d’administration.

Aujourd’hui, il n'a plus le temps pour le théâtre, pris par ses obligations professionnelles et familiales. Il continue tout de même, talent qu’il traîne depuis l’adolescence, à exprimer sa créativité en cuisine. Il invente des recettes, un gage de réussite pour avancer...
 

Les nommés du Prix spécial du bibliothécaire de l'année

Les professionnels du livres, lecteurs de Livres Hebdo, sont invités à désigner le "Bibliothécaire de l'année" en votant jusqu'en septembre pour une des personnalités nommées par la rédaction du magazine. 
 
Les bibliothécaires nommés sont :
  • Vincent Bonnard
  • Alain Colas
  • Gwénaëlle Lancelot
  • Le duo Charlène Rodrigues et Magali Vonesch, alias @leslecturesdechamallow
  • Nathalie Mansuy-Todeschini

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités