Le dessinateur américain Richard Sala est mort | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 12.05.2020 à 12h26 (mis à jour le 12.05.2020 à 15h31) Disparition

Le dessinateur américain Richard Sala est mort

Détail de la couverture d'"Un rire dans la nuit", de Richard Sala - Photo VERTIGE GRAPHIC/RICHARD SALA.

Peu connu en France, l'auteur de Mad Night est décédé, le 9 mai, à l'âge de 61 ans.
 

Le dessinateur américain Richard Sala, réputé pour son style surréaliste qu'il déployait dans ses comics d'horreur, est décédé, le 9 mai, à l'âge de 61 ans, a annoncé son éditeur Fantagraphics dans un tweet. Peu édité en France, où seulement deux de ses œuvres sont parues chez Vertige Graphic, il est mieux connu pour être à l'origine des courts métrages Invisible Hands, diffusés dans les années 1990 sur Canal+.

Né en 1955 à Oakland, en Californie, le jeune Richard Sala est influencé par les films d'horreur et ses visites de musées. Son premier comic, Night Drive, publié en 1984, pose les bases de son œuvre : un style surréaliste, des compositions inquiétantes et une bonne dose de mystère. Repéré par l'auteur de Maus (Flammarion, 1987), Art Spiegelman, il parvient peu à peu à se faire un nom jusqu'à participer aux prestigieuses anthologies RAW et BLAB!. En 2005, il publie le thriller nocturne Mad Night, paru un an plus tard en France sous le titre Un rire dans la nuit, chez Vertige Graphic.

"L'héritier d'Edward Gorey"

Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, Richard Sala s'était récemment tourné vers la publication en ligne. En 2014, il lance le webcomic Super-Enigmatix, suivi d'un second en 2016, The Bloody Cardinal, deux titres qui mettent en scène les méfaits d'un super-criminel mystérieux.

"Richard Sala avait un unique et fantastique talent. C'est une terrible nouvelle pour sa famille, ses amis et le monde de la bande dessinée", a écrit le dessinateur américain Evan Dorkin sur Twitter. Son confrère Bob Fingerman, auteur de Minimum Wage (Humanoïdes associés, 2014), a salué "le seul vrai héritier du génie de [l'illustrateur surréaliste américain] Edward Gorey. Quelle perte. Quelle terrible perte."
close

S’abonner à #La Lettre