Le Grand prix de Littérature policière décerne ses prix français et étrangers | Livres Hebdo

avec sp, le 18.09.2013 (mis à jour le 03.02.2016 à 12h14)

Le Grand prix de Littérature policière décerne ses prix français et étrangers

Sandrine Collette et James Sallis

Sandrine Collette pour Des noeuds d'acier, ainsi que James Sallis pour Le tueur se meurt ont été récompensés.

Le Grand prix de littérature policière a été remis à Sandrine Collette pour son thriller Des noeuds d'acier (Denoël, «Sueurs froides»), et au roman étranger Le tueur se meurt du romancier américain James Sallis (Rivages, «Rivages/Thriller»).

Des noeuds d'acier, paru le 17 janvier, raconte l'histoire de Théo, enlevée à sa sortie de prison par deux vieillards qui veulent en faire leur esclave. Le roman avait figuré dans la sélection du prix Landerneau polar 2013.

Dans Le tueur se meurt, les destins de Chrétien, vieux tueur à gages, Sayles, policier d'âge mûr et Jimmie, enfant reclus, se mêlent autour d'une enquête. Paru le 10 mai, l'ouvrage a été traduit par Christophe Mercier.

En 2012, le prix avait été remis à Karim Miské et son Arab jazz (éd. Viviane Hamy, «Chemins nocturnes») et, pour la catégorie «roman étranger» à Donald Ray Polloch et Le Diable, tout le temps (Albin Michel, «Terres d'Amérique»).

Le Grand prix de Littérature policière, créé en 1948 par Maurice-Bernard Endrèbe, est remis par un jury composé d'une dizaine de critiques et de spécialistes de la littérature policière.
close

S’abonner à #La Lettre