Royaume-Uni

Lors de sa conférence annuelle Bookinsights mercredi 23 mars à Londres, l’institut Nielsen a annoncé une hausse de 4% des ventes de livres en volume pour 2015 par rapport à l’année précédente à 352 millions d’exemplaires. Si la progression du livre numérique en est le principal facteur (+5%), les livres imprimés ont également rebondi (+3%), après deux années consécutives de recul (-8% en 2013, -5% en 2014). La proportion des ventes de livres numériques s’est stabilisée: elles ont représenté 27% des ventes totales en 2015 contre 26% en 2014.
 
Les ventes de livres imprimés repartent à la hausse

Après plusieurs années de stagnation, les ventes en nombre d'exemplaires de fictions pour adultes sont reparties de l’avant, entraînant le secteur avec elles. Elles ont enregistré une croissance de 7,4% à 145 millions d’exemplaires. Elles sont principalement portées par les ventes numériques, qui représentent 53% des échanges, même si les ventes de livres imprimés sont enfin reparties en hausse après plusieurs années de fort retrait.

Les ventes d'essais et documents se sont accrues de 5,9% à 108 millions d’exemplaires, grâce aux livres imprimés. Les ventes numériques sont restées stables et ont donc reculé proportionnellement (14% des ventes totales). Enfin, la littérature jeunesse baisse légèrement (99 millions d’exemplaires contre 100 millions en 2014), malgré une progression des achats d'ouvrages imprimés (94 millions contre 93 millions). La part des ventes numériques dans la littérature jeunesse a reculé de 5% en 2014 à 3% en 2015.

Des ventes à +4% en valeur

Ces progressions en volume se sont répercutées sur les résultats en valeur où livres imprimés comme ebooks progressent de 4%. Si ce résultat est très satisfaisant pour les livres imprimés après des reculs de 6% en 2013 et 3% en 2014, il marque en revanche un coup d’arrêt pour le livre numérique, qui avait vu ses ventes exploser de 26% en 2013 et 17% en 2014.

La part des ventes de livres numériques dans les revenus recule très légèrement: 16% contre 17% en 2014. Si elles représentent 37% des dépenses en livres de fiction, leur part recule aussi bien pour les non-fictions (9%) que pour la littérature jeunesse (3%).
 
Enfin, les ventes sur Internet ont progressé en volume (+10% à 178 millions d’exemplaires) et en valeur (+12% à 1,025 milliard de livres sterling soit 1,3 milliard d'euros ). Les ventes en librairie sont restées stables en volume (à 108 millions d’exemplaires) mais ont progressé en valeur (+1% à 843 millions de livres sterling soit 1064 millions d'euros). Les ventes en supermarchés et magasins discount ont baissé en volume (-4% à 59 millions) et en valeur (-2% à 328 millions de livres sterling soit 414 millions d'euros).
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités