prix littéraire

Le prix Mémorable 2020 couronne Jean Meckert

Photo JEAN MECKERT

Le prix Mémorable 2020 couronne Jean Meckert

Les librairies du groupement Initiales ont attribué leur prix Mémorable 2020 à Jean Meckert pour Nous avons les mains rouges (Joëlle Losfeld).

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 11.02.2021 à 11h53,
Mis à jour le 11.02.2021 à 12h06

La treizième édition du prix Mémorable a été attribuée, à titre posthume, à l’écrivain Jean Meckert, décédé en 1995, pour son roman Nous avons les mains rouges, réédité par Joëlle Losfeld. Les membres du jury ont tenu à féliciter toute l'entreprise éditoriale autour de l'œuvre de Meckert, menée par Stéfanie Delestré, Hervé Delouche et Joëlle Losfeld.

Paru pour la première fois en 1947 dans la collection "Blanche" des Éditions Gallimard, Nous avons les mains rouges relate l'histoire de Laurent Lavalette qui se retrouve embauché dans la scierie de d'Essartaut, un veuf installé dans les montagnes. L'homme vit avec ses deux filles et Armand, un homme à tout faire. Rapidement, Laurent découvre que le vieil homme dirige un réseau de résistants qui organise régulièrement des expéditions punitives contre ceux qui se sont enrichis durant la guerre. Dès lors, cette lutte contre aux profiteurs, aux trafiquants, aux joueurs du double jeu le laisse perplexe. Le roman se révèle être un récit sur le sort de personnages qui se battent pour des idéaux de justice et de liberté.

Jean Meckert, dit Jean Amila, était un romancier etscénariste français. Auteur de romans populaires et romans policier, il publie ses ouvrages sous plusieurs pseudonymes d'Édouard, Edmond ou de Guy Duret, d'Albert Duvivier, de Mariodile et de Marcel Pivert. Il avait notamment écrit La ville de plomb chez Gallimard en 1949.

Crée en 2008 par les libraires du groupement Initiales, le prix Mémorable vise à récompenser la réédition d’un auteur injustement oublié, d'un livre inédit ou la traduction révisée d'une œuvre.  

Jean Meckert succède à Et frappe le père à mort de l'anglais John Wain, paru en 2019 aux éditions du Typhon. Il était en concurrence avec deux autres titres, parmi les huit ouvrages finalistes: Le détour de Luce d'Eramo, traduit de l'italien par Corinne Lucas (Tripode) et La septième croix d'Anna Seghers, traduit de l’allemand par Françoise Toraille (Métailié).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités