Librairie

Julie Rémy, présidente du réseau Initiales: "Nous tissons un autre niveau de mutualisation"

Julie Remy, présidente du réseau Initiales et dirigeante des librairies Le Préau et La Cour des grands à Metz - Photo DR

Julie Rémy, présidente du réseau Initiales: "Nous tissons un autre niveau de mutualisation"

La nouvelle présidente du réseau de librairies Initiales, qui dirige le Préau et La Cour des grands à Metz, entend poursuivre la politique de recrutement et accélérer sur la formation. Le réseau a aussi révélé sa sélection du Prix Mémorable 2020.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécile Charonnat,
Créé le 06.10.2020 à 20h44,
Mis à jour le 06.10.2020 à 21h00

Déjà impliquée dans le tissu associatif, notamment au sein du réseau des librairies jeunesse Sorcières et de l’association qui organise le festival Le livre à Metz, Julie Remy a été élue à l’unanimité à la présidence du groupement Initiales le 22 septembre. Responsable du Préau et de La Cour des grands à Metz depuis 2011, elle est secondée par deux vice-présidents, dont son prédécesseur Wilfrid Sejeau (Le Cyprès/Les gens de la lune à Nevers) et Jean-Marc Brunier (Le Cadran solaire à Macon).

Vous prenez la présidence du réseau Initiales pour trois ans. Quels objectifs vous êtes-vous fixé ?

Je m’inscris dans la continuité de Wilfrid Séjeau qui a présidé pendant six ans le groupement. Nous allons donc poursuivre la politique active de recrutement qui nous a permis de dépasser la cinquantaine d’adhérents cette année et d’accentuer la variété de nos profils. Nous rassemblons désormais des librairies de toutes tailles, ce qui crée une forme de solidarité et offre des regards variés et riches sur la profession. La formation, et notamment celle des jeunes libraires, constitue le second axe de mon travail. Je souhaite que nous formalisions l’échange entre librairies, qui se fait aujourd’hui de manière spontanée entre nos adhérents, et que nous accentuons nos partenariats avec les éditeurs afin d’appréhender en profondeur leur fonds.

Comment votre réseau se positionne par rapport à d’autres groupements ?

Nous jouons chacun notre partition mais sur des registres différents. Pendant le confinement, le Syndicat de la librairie française (SLF) a mené un grand travail d’accompagnement et de suivi. Chez Initiales, on a surtout senti l’importance du lien humain. Des associations comme la nôtre dessinent d’autres niveaux de mutualisation. La solidarité professionnelle, le partage et l’échange des bonnes pratiques comme des difficultés font notre force. La crise sanitaire nous en a démontré l’importance.

Alors que se prépare un Noël particulier, quels enjeux voyez-vous se dessiner pour la librairie ?

La fin d’année est en effet dans beaucoup de têtes. Les solutions imaginées par les libraires seront forcément différentes mais la volonté de trouver une forme d’organisation dans les achats et de favoriser la vente à distance se dégage nettement. Elle reflète cette situation paradoxale que nous vivons depuis le 11 mai. Alors que nous luttions pour notre survie depuis des années, nous sommes l’un des commerces qui se sort le mieux de cette crise sanitaire. Mais cela ne doit pas masquer un sujet préoccupant : la concurrence des plateformes de streaming, comme Netflix ou Disney, qui provoque un délaissement de la lecture chez de nombreux ados et même chez certains de nos gros lecteurs.
 

La sélection du Prix Mémorable 2020

Créé en 2008 par Initiales, le prix récompense le travail mené par des maisons d’édition pour rendre accessible des livres estimés incontournables.

Dévoilée le 5 octobre, la sélection comprend huit titres :
  • De la forêt, de Bibhouti Bhoustan Banerji (Zulma)
  • Je suis une maudite sauvagesse, d’An Antane Kapesh (Mémoire d’encrier)
  • La septième croix d’Anna Seghers (Métaillé)
  • Le détour de Luce Eramo (Le Tripode)
  • Le maître et Marguerite de Mickhaïl Boulgakov (Inculte)
  • Notre lâcheté d’Alain Berthier (Le Dilettante)
  • Nous avons les mains rouges de Jean Meckert (Joëlle Losfeld)
  • Warum de Pierre Bourgeade (Tristram)

Une deuxième sélection sera prononcée fin octobre et le lauréat proclamé en janvier 2021. Il succèdera à Et frappe le père à mort de Jon Wain (éditions du Typhon).





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités