Prix littéraire

"Le prix VLEEL est là pour mettre en avant ceux qui sont dans l’ombre"

L'icone du prix VLEEL

"Le prix VLEEL est là pour mettre en avant ceux qui sont dans l’ombre"

Né des rencontres littéraires organisées par le blogueur Serial Lecteur Nyctalope, le prix VLEEL (Varions Les Editions En Live) se veut le reflet d'une littérature "invisible". Dix éditeurs et dix auteurs ont été sélectionnés. Entretien avec le créateur de ce nouveau prix.

Par Pauline Gabinari,
Créé le 26.01.2021 à 19h01,
Mis à jour le 27.01.2021 à 17h42

Créé cette année, le prix VLEEL a annoncé sa sélection le 26 janvier. Prix du net, prix des bloggeurs, il se veut le reflet d’une littérature dans tous ses états en réaction aux prix institutionnels trop peu représentatifs.

Anthony Lachegar alias Serial Lecteur Nyctalope, l’instigateur du prix explique les motivations de ce prix.
 
Comment est née l’idée de ce prix ? 
Tout part du premier confinement et d’une envie d’animer des rencontres web avec des éditeurs indépendants. Ça a pris: j’ai animé plus de 100 rencontres avec des auteurs, des éditeurs et des traducteurs. Le prix est alors apparu comme une cerise sur le gâteau !
 
Comment s’organise les sélections ? 
Le vote est ouvert à tous ceux qui ont un compte Instagram car je voulais faire quelque chose de collectif. Notre petite équipe ne compte qu’une dizaine de bénévoles. Pour moi, cela aurait été très prétentieux de notre part que seules dix voix comptent dans ce choix ! 
 
Que souhaitez-vous transmettre à travers ce prix ? 
Le prix VLEEL est là pour mettre en avant ceux qui sont dans l’ombre. Je parle de ces petits éditeurs qui se sentent invisibles et qu’on ne voit jamais dans les médias. Il est aussi là pour mettre en avant une littérature rare où l’éditeur accompagne sur le long terme son auteur. Avec les petits éditeurs, le travail est généralement plus en profondeur. Ils ne font pas que publier, ils éditent. 
 
Selon vous, cette littérature est trop souvent mise de côté ? 
Dans les Grands prix, la représentativité n’est jamais respectée et les ouvrages choisis ne correspondent pas au lectorat actuel. C’est une vision élitiste de la littérature avec une grande part d’entre-soi. Ce sentiment est partagé par de nombreux blogueurs. Ils se considèrent souvent comme incompris et c’est pour ça qu’ils défendent autant leurs coups de cœur. 

La sélection : 

Les dix éditeurs finalistes : 
  • Actes Sud
  • Aux forges de Vulcain
  • Cambourakis
  • Dépaysage
  • Éditions du Sonneur 
  • La Peuplade
  • Les Éditions du Typhon
  • Le Tripode
  • L’Orma
  • Monsieur Toussaint Louverture 

Les dix auteurs finalistes : 
  • Djaïli Amadou Amal, Les impatientes, Emmanuelle Collas
  • Lucie Baratte, Le chien noir, Les Editions du Typhon
  • Pierre Cendors, Silens Moon, Le Tripode
  • Andrea Donaera et Lise Caillat, Je suis la bête, Cambourakis
  • Michel Jean, Kukum, Dépaysage
  • Alexandra Koszelyk, A crier dans les ruines, Aux Forges de Vulcain 
  • Lisette Lombé, Brûler, brûler,brûler, L'Iconoclaste collection l'iconopop
  • Olivier Mak-Bouchard, Le Dit du Mistral, Le Tripode
  • Emilienne Malfatto, Que sur toi se lamente le Tigre, Elyzad
  • Laurine Roux, Le Sanctuaire, Le Sonneur


Les lauréats des deux catégories, éditeur et auteur, seront connus le 7 février.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités