Chômage partiel

Le SNLE CFDT appelle à "limiter l'iniquité" dans les entreprises

Le SNLE CFDT appelle à "limiter l'iniquité" dans les entreprises

La section livre du syndicat réformiste s'inquiète de la "situation confuse" provoquée par la mise à l'arrêt de la filière et le recours au chômage partiel.

Par Nicolas Turcev,
Créé le 08.04.2020 à 17h50,
Mis à jour le 08.04.2020 à 18h00

Le Syndicat national livre-édition CFDT (SNLE CFDT) appelle, dans un communiqué du 6 avril, à "limiter les situations d'iniquité dans les entreprises". Alors que le confinement de la population, décrété le 17 mars, a mis à l'arrêt la filière du livre et que la plupart des entreprises ont recours au chômage partiel, l'organisation regrette que "presque partout, la situation est confuse".  "Les salariés ne comprennent pas toujours les décisions prises et les élus sont plus ou moins bien informés et consultés", estime le syndicat. Ce contexte aurait pour effet de créer "des différences de traitement fréquentes et injustes".

Abus inacceptables

"A la distribution, des salariés ont continué à travailler avec un risque non nul de contamination par le coronavirus. A l’édito, même quand il y a du travail, des salariés sont déclarés en chômage technique à 100%. Là où des services sont à l’arrêt, on demande à certains de continuer à télétravailler alors que d’autres n’ont pas le droit, eux, de s’avancer sur leurs dossiers. On incite les salariés à poser des CP, parallèlement des directions imposent la prise de RTT. Des salariés seront payés à 100%, d’autre ne toucheront qu’une indemnisation de 84% (voire moins). Des salariés en télétravail ont des tickets-restaurant, d’autres non", détaille le syndicat.

Le SNLE CFDT reconnaît "qu'il n'est pas facile de s'organiser dans l'urgence" mais souligne que "les abus et les situations d'iniquité" ne sont "pas acceptables". L'organisation recommande à ses militants d'être "vigilants" afin de "sécuriser la situation de demain". En annexe de son communiqué, le syndicat publie une liste de recommandations à destination de ses adhérents qui couvrent les sujets de la santé et de la sécurité au travail, les modalités de l'activité partielle ou encore le dialogue social dans l'entreprise.
L'organisation recommande, notamment, de s'informer sur le plan de prévention des risques de contamination au coronavirus ou bien d'obtenir une garantie de non-dépassement des horaires de travail prévus pour les salariés en télétravail.
 
La CFDT d'Amazon appelle les salariés à faire grèveLa CFDT d'Amazon, deuxième syndicat de l'entreprise, appelle les salariés français du géant du commerce en ligne à faire grève dès le mercredi 8 avril. Cet appel est motivé par un échec des discussions, "au point mort", entre les organisations syndicales et la direction à propos de la situation sanitaire et sécuritaire dans les entrepôts pendant l'épidémie de coronavirus. "L'organisation du travail [chez Amazon] est dangereuse pour les salariés, leur santé, leur vie", estime la CFDT. Sud-Solidaires, premier syndicat de l'entreprise, a pour sa part réclamé la fermeture des sites et a déposé une demande d'assignation en ce sens, selon l'AFP.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités