L'élection de Donald Trump choque les auteurs | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 10.11.2016 à 16h40 (mis à jour le 10.11.2016 à 17h00) états-Unis

L'élection de Donald Trump choque les auteurs

De Stephen King et Douglas Kennedy à Leïla Slimani et Patrick Chamoiseau, des auteurs américains et français ont publiquement fait part de leur stupeur après l'élection du 45e président des Etats-Unis.

Dès la proclamation de la victoire de Donald Trump en tant que 45e président des États-Unis, des auteurs américains et français ont partagé leur déception sur les réseaux sociaux et aux micros de France Culture et d'Europe 1.

Dans “Les Matins”, sur France Culture, le poète et romancier américain Carl Hancock Rux s'est dit "incroyablement triste. Cela me dévaste complètement, non seulement pour l’Amérique mais pour le monde entier. Ce genre de dirigeant me fait peur", a-t-il déclaré au micro de Guillaume Erner.

"Deux Amériques différentes"

À ses côtés, la journaliste Judith Thurman, auteure de Secrets de la chair : une vie de Colette (Calmann-Lévy, 2002) partage son point de vue en évoquant un mélange de "désespoir et de déception". Selon elle, "il y a deux Amériques différentes. Ce soir, tout le monde est en état de choc. Demain, nous nous réveillerons et nous sentirons la blessure à laquelle nous avons été exposés". 

Sur Twitter, l’auteur à succès Stephen King a pris, dès le début de la campagne, le parti d’Hillary Clinton. Il avait même déclaré vouloir s’expatrier au Canada en cas de victoire de Donald Trump. Avant l’annonce des résultats, il a enjoint ses lecteurs à aller voter pour "l’élection la plus moche de mémoire d’homme". Quelques heures après la proclamation des résultats, Stephen King a fait part de son désespoir en annonçant qu’il "mettait la clé sous la porte". Sur l'antenne d'Europe 1, Douglas Kennedy s'est dit, lui, "choqué" par ce "traumatisme". Selon lui, "comparé à Trump, George W. Bush c’est comme Chateaubriand".

L'appel à la solidarité de Leïla Slimani

En France aussi, les écrivains se sont exprimés sur l'onde de choc provoquée par l'élection de Donald Trump. Patrick Chamoiseau, prix Goncourt en 1992 pour Texaco (Gallimard), a affirmé sur Twitter que "de très vieilles ombres sont de retour et nous fixent sans trembler" avant d'ajouter :  Leïla Slimani, prix Goncourt 2016 pour Chanson douce (Gallimard), préfère appeler à davantage de solidarité.  Enfin, de manière très sobre, les éditions J'ai Lu ont également pris parti pour la candidate démocrate déchue, en tweetant la couverture de Mon histoire, publié en septembre 2004.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre