États-Unis

Len Riggio : «nous avons besoin de plus de librairies dans le monde»

Len Riggio, président et fondateur de la chaîne de librairies Barnes & Noble, à l’inauguration de BookExpo, mercredi 30 mai 2028 à New York. - Photo F.PIAULT/LH

Len Riggio : «nous avons besoin de plus de librairies dans le monde»

Ouvrant, mercredi 30 mai à New York, la foire professionnelle BookExpo, le président fondateur de la chaîne de librairies Barnes & Noble a souligné que la révolution numérique n’avait pas eu raison de l’industrie du livre et défendu le rôle des librairies physiques. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
à New York ,
Créé le 31.05.2018 à 05h50,
Mis à jour le 31.05.2018 à 14h30

«Il n’y aura jamais trop de librairies aux États-Unis», a proclamé, mercredi 30 mai à New York devant quelque 200 libraires réunis pour l’inauguration de la foire professionnelle BookExpo, le fondateur de Barnes & Noble, Len Riggio, 77 ans. Considérant que «le livre est de retour» après le choc que lui a fait subir le livre numérique, le président de la principale chaîne de librairies aux Etats-Unis, la plus importante au monde, a jugé que "la librairie n'est pas plus en train de disparaître que la lecture de livres".

“En 1958, ma vie a changé pour le meilleur lorsque je suis entré à la librairie de la New York University", a rappelé Len Riggio avant de dérouler sa trajectoire et celle de son entreprise, qui compte aujourd'hui quelque 900 magasins et a été jusqu'à ouvrir quelque 50 superstores par an dans les années 1990. "Si on accepte l'axiome selon lequel deux librairies dans une même rue vont générer plus de demande, alors à l'inverse, en fermer une sur deux va mécaniquement réduire la demande",  a-t-il plaidé.

6,67 milliards de livres en 60 ans

Si le président de Barnes & Noble, "ne sait pas quelle sera la dimension de l'industrie", il croit que "nous pouvons jouer un rôle pour continuer à la développer". Indiquant que sa chaîne a vendu plus pour 6,67 milliards de livres depuis 60 ans, il souligne que "nous avons besoin de plus de librairies dans le monde"

Introduisant quelques minutes plus tôt Len Riggio, Oren Teicher, directeur général de l'Association des libraires américains (ABA), a noté qu'un tel événement n'aurait pas été possible quelques années auparavant. Mais "les temps changent", a-t-il rappelé, et chaînes et librairies partagent aujourd'hui le même intérêt à juguler la vente en ligne.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités