reconfinement

Les 10 mesures de la SGDL pour sauver les auteurs

Photo OLIVIER DION.

Les 10 mesures de la SGDL pour sauver les auteurs

Pour que le reconfinement ne signifie pas la ruine des auteurs, la Société des gens de lettres propose de rouvrir les points de vente de livres, de maintenir les rencontres scolaires ou encore de prolonger l'accès au fonds de solidarité.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 02.11.2020 à 13h07,
Mis à jour le 02.11.2020 à 14h00

La Société des gens de lettres (SGDL) a publié, le 1er novembre, une liste de 10 "mesures vitales" pour préserver les auteurs de "la précarité et la paupérisation" causées par le reconfinement. Le premier confinement va déjà se traduire par une perte de revenus "de l'ordre de 20%" pour les auteurs, selon l'organisme, qui craint une dégradation plus importante de leurs rémunérations.

Comme la totalité des acteurs de la chaîne du livre, la SGDL préconise une réouverture de l'ensemble des points de vente de livres sur tout le territoire. L'association soutient que "le livre est un produit culturel de première nécessité" et que "l'ouverture encadrée [des librairies] est une nécessité économique" pour les auteurs et "une nécessité culturelle et démocratique pour nos concitoyens".

La SGDL demande également à ce que soient maintenues les rencontres dans les établissements scolaires. Ces interventions représentent un complément de revenus non négligeable pour de nombreux créateurs, tout particulièrement pour les auteurs et illustrateurs jeunesse. L'organisme juge qu'en l'absence de fermeture des écoles, "il n'y a aucune raison de reporter ou d'annuler les rencontres d'auteurs […] si les consignes sanitaires sont respectées."

Plus de soutien l'Etat

Sur le plan des aides, l'association requiert une prolongation de l'accès au fonds de solidarité pour tous les auteurs jusqu'en juin 2021, quatre mois supplémentaires d'exonération de cotisations sociales, un renforcement du dispositif d'aide sociale aux auteurs doté par le Centre national du livre (CNL), ainsi qu'une prise en charge pour moitié des cotisations de retraite complémentaire pour les auteurs affiliés au RAAP. La SGDL appelle également l'Etat à abonder un fonds d'indemnisation des auteurs destiné à assurer, en cas de défaillance d'un éditeur, le paiement des droits.

Enfin, sur le fond, l'association de défense des auteurs appelle à engager une concertation sur le partage de la valeur au sein de la chaîne du livre placée sous l'égide du ministère de la Culture, dans la continuité du rapport Racine sur l'auteur et l'acte de création.
 

Bilan de l'aide d'urgence aux auteurs CNL/SGDL

L'aide d'urgence aux auteurs initiée par le Centre national du livre (CNL) et distribuée par la Société des gens de lettre (SGDL), mise en œuvre en avril et arrivée à échéance à septembre, a permis de reverser 2,26 millions d'euros à près de 700 créateurs, selon l'association de défense des auteurs. Chaque bénéficiaire a reçu en moyenne 1000 euros par mois, pour une aide moyenne totale de 3300 euros par créateur. Plus de la moitié (54%) des récipiendaires étaient des femmes et près d'un tiers (28%) des auteurs de romans, à peine plus nombreux que les auteurs jeunesse (20%).






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités