Classement 2017

Les 400 premières librairies françaises

Vitrines de la librairie Gibert Joseph, Paris 5e. - Photo OLIVIER DION

Les 400 premières librairies françaises

Le classement Livres Hebdo dévoilé à cinq semaines des Rencontres nationales de la librairie, les 25 et 26 juin à La Rochelle, fait ressortir les répercussions du renouvellement massif des manuels scolaires intervenu l’an dernier. Il intègre 22 nouvelles librairies.

J’achète l’article 9 €

Par Clarisse Normand,
Créé le 19.05.2017 à 00h00,
Mis à jour le 23.05.2018 à 16h39

Réalisé pour la 13e année consécutive, notre Classement Livres Hebdo des 400 premières librairies françaises est cette année fortement chamboulé par le renouvellement des manuels scolaires de collège. Inédite par son ampleur, la réforme mise en œuvre à partir de la rentrée 2016 a concerné toutes les disciplines et tous les niveaux de la 6e à la 3e. Un événement qui a dopé l’activité des librairies qui ont fait de la commercialisation des manuels un de leurs cœurs de métier. Tandis que le vaisseau amiral de Gibert Joseph (Paris 6e) conserve sa première place et que Mollat (Bordeaux) s’inscrit au 3e rang, la librairie Cufay à Abbeville s’impose en 2e position grâce à son activité nationale d’adjudicataire auprès des établissements scolaires qui lui permet d’enregistrer une croissance d’activité de 167 %.

De même EMLS qui, à la différence de Cufay, ne compte pas même un point de vente physique et s’est spécialisé dans la vente de manuels, en particulier auprès des collèges et lycées, grimpe en un an du 18e au 4e rang avec un chiffre d’affaires qui bondit de 325 %.

Bien qu’on ne dispose pas de leurs chiffres, on sait que d’autres adjudicataires dans le scolaire ont leur place dans le haut de notre palmarès. A commencer par LDE qui, selon nos estimations, se placerait cette année au coude-à-coude avec le numéro un, Gibert Joseph. Plus bas dans le classement devraient figurer Vauban et Tison. Dans la même catégorie, Darrieumerlou, qui dispose d’une librairie à Bayonne, se hisse cette année du 186e au 105e rang. Majuscule, à Sézanne, progresse de la 331e à la 189e place.

Nouveaux arrivants

Parmi les absents, Dialogues (Brest) reste fidèle à sa conduite en ne communiquant aucun chiffre, ni dans le cadre de notre enquête ni dans celui de la loi qui oblige pourtant les entreprises à publier leurs comptes annuels. Avec un CA livre que nous estimons autour de 10 millions d’euros, l’enseigne se placerait entre le 8e et le 10e rang, devant Ombres blanches (Toulouse).

Mais notre classement intègre aussi 22 nouvelles librairies. C’est notamment le cas de L’Intranquille, à Besançon, qui a ouvert fin 2015 sur 1 200 m2 et s’impose dès sa première année au 55e rang. Le Forum Arts & livres à Mouans-Sartoux, ouvert sur 1 000 m2 en mai 2016 par la famille Augier, qui détient aussi Arts & livres à Grasse (158e), rejoint le palmarès en 220e position. M’Lire Anjou à Château-Gontier, annexe de M’Lire à Laval (204e) créée en 2014, confirme de son côté son bon démarrage au 381e rang.

D’autres établissements nous ont pour la première fois dévoilé leurs chiffres. Ainsi les librairies de la famille Hisler : Grangier à Dijon (31e), Hisler-Even, rebaptisée Hisler La Librairie, à Metz (48e), et Hisler à Thionville (180e). Mais aussi Rimbaud à Charleville-Mézières (171e), seul établissement du groupe Ducher encore existant grâce à sa reprise fin 2014. Et une quinzaine d’autres : La Bande dessinée à Lyon (214e), Passerelles (ex-Majuscule) à Vienne (241e), Les Guetteurs de vent à Paris (265e), Les 3 Souhaits à Morteau (279e), Mots & motions à Saint-Mandé (360e), Expression à Châteauneuf-Grasse (387e). Parmi elles, deux librairies de musée gérées par La Boutique du lieu : au LaM à Villeneuve-d’Ascq (350e) et au musée du Louvre-Lens (355e). Plusieurs espaces culturels Leclerc sont aussi pour la première fois présents, tels ceux de Mont-de-Marsan (114e) et d’Auxerre (305e).

Redressement

Comme chaque année, le classement annuel Livres Hebdo des librairies fournit aussi des informations sur la santé de certains points de vente. Les Volcans, à Clermont-Ferrand (ex-Chapitre), repris dans des conditions difficiles en 2014, confirme son redressement et gagne cette année sept places pour s’inscrire au 19e rang. Deux des sept librairies reprises en 2014 par Albin Michel se démarquent également par leur redynamisation : la Librairie nouvelle à Orléans (80e) et Au Vent des mots à Lorient (136e).

La situation est plus difficile pour Anecdotes à Limoges (163e), la librairie du Mau à Châlons-en-Champagne (200e) et surtout pour Forum à Besançon (161e). Sous l’effet notamment de la nouvelle concurrence de L’Intranquille, cette dernière perd près de 100 places avec une baisse d’activité de 25 %. Un niveau de recul qui se retrouve aussi, dans la même ville, aux Sandales d’Empédocle qui dégringole du 137e au 201e rang.

Récoltant les fruits de leurs initiatives qui se sont traduites par des déménagements, des agrandissements ou simplement des rénovations, d’autres librairies affichent de belles progressions. Ainsi la librairie Gallimard à Paris (122e), La librairie du Renard à Paimpol (250e), Les Cordeliers à Romans-sur-Isère (254e), mais aussi Obliques à Auxerre (286e), qui semble avoir immédiatement bénéficié de son déménagement-agrandissement survenu mi-2016.

D’autres encore profitent des changements liés à leur transmission, comme Garin à Chambéry (116e) et Les Signes à Compiègne (146e). Le classement met enfin en lumière les rachats de Marbot à Périgueux (53e) par un adhérent du groupement Leclerc, et de Richer à Angers (77e) par Rougier & Plé. De son côté, Majolire, à Bourgoin-Jallieu (113e), qui a définitivement fermé début 2017, fait sa dernière apparition dans notre palmarès. A l’inverse, le prochain classement, dans un an, devrait intégrer Caractères, une librairie importante ouverte fin 2016 à Mont-de Marsan.

Chaînes : Fnac-Darty numéro 1

Notre palmarès des chaînes intègre trois nouveaux groupes : Sadel, Hisler et Arteum.

Fusionné l’an dernier avec le distributeur d’électroménager Darty, la Fnac demeure le premier libraire de France, confortant même ses positions en développant ses magasins en franchise. Avec 530 millions d’euros de chiffre d’affaires livre (magasins et site compris), la Fnac évoluerait, selon nos estimations, au coude-à-coude avec Amazon. Mais ce dernier ne communique toujours aucun chiffre sur son activité.

Au 2e rang, le groupement Leclerc voit ses espaces culturels talonnés par Cultura, qui aurait connu en 2016, selon nos estimations, une croissance de 10 % dans le livre grâce notamment à ses ouvertures de magasins. Détenant 73 points de vente, Cultura en annonce 12 de plus pour la fin 2017. Bénéficiant de son recentrage sur le livre, Actissia se maintient en 4e position avec un chiffre d’affaires désormais presque exclusivement réalisé avec le livre.

Manuels scolaires

Le classement fait aussi apparaître de nouveaux groupes, à commencer par la Sadel qui détient la librairie généraliste Contact, à Angers, quatre commerces spécialisés dans le livre scolaire à Angers, Rennes, Nantes et Vannes, et une forte activité d’adjudicataire. Le groupe se classe 13e, profitant en 2016 de l’impact de la réforme des programmes des collèges. Dévoilant pour la première fois ses chiffres, Hisler, avec ses librairies de Metz, Dijon et Thionville, se range au 18e rang. Arteum, jeune société vendant des produits dédiés à l’art, clôt le classement avec près de 5 millions d’euros de chiffre d’affaires livre et un réseau enrichi en 2016 de la boutique du musée du quai Branly (Paris 7e).

Enfin, notre palmarès témoigne d’une année difficile pour certaines enseignes parisiennes, victime de l’impact des attentats sur la fréquentation touristique. C’est le cas pour la RMN, par ailleurs concurrencée par Arteum, et Gibert Jeune, également pénalisé par la baisse du secteur universitaire. Sur le point d’être racheté par son cousin Gibert Joseph, Gibert Jeune fait probablement ici sa dernière apparition en tant que groupe indépendant.

Méthodologie

Classement des librairies

Ce classement est établi sur la base du chiffre d’affaires hors taxes, réalisé par chaque librairie dans la vente de livres (hors papeterie, CD, etc.). Livres Hebdo a envoyé un questionnaire détaillé à 1 000 librairies françaises, sélectionnées à partir de la nomenclature APE (code 4761Z), afin de collecter les informations nécessaires à leur classement. Pour les librairies qui n’ont pas répondu, les informations financières ont été recueillies auprès des greffes des tribunaux de commerce. Une sélection a ensuite été effectuée par la rédaction afin de ne conserver que les entreprises dont l’activité est consacrée pour une part significative à la vente de livres. Pour les sociétés dont les chiffres proviennent des greffes des tribunaux, seules celles pour lesquelles nous avons pu estimer la part du chiffre d’affaires réalisée avec le livre ont été retenues. Le CA mentionné est celui du dernier exercice, 2016, ou 2015-2016 pour les librairies qui arrêtent leur exercice en cours d’année, voire 2016-2017.

Classement des chaînes

Livres Hebdo présente également un classement des chaînes de librairies sur les mêmes critères que précédemment (CA hors taxes dans la vente de livres). Ce classement a été réalisé à partir d’un questionnaire envoyé à chaque groupe. Certains n’ont pas souhaité répondre mais, pour les plus importants d’entre eux, nous avons pu estimer leur CA livre. Les CA retenus pour le classement concernent l’exercice 2016.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités