Les ex-actionnaires du Seuil déboutés

Palais de justice de Paris

Les ex-actionnaires du Seuil déboutés

Le tribunal de grande instance de Paris a débouté mardi 28 août les treize anciens actionnaires de la Société de participation du Seuil (SPS) qui estimaient avoir subi un préjudice dans la transaction conclue quelques mois avant la cession de leur groupe à La Martinière.

Par Hervé Hugueny ,
avec hh Créé le 15.04.2015 à 20h04

Le tribunal de grande instance de Paris a débouté mardi 28 août les treize anciens actionnaires de la Société de participation du Seuil (SPS) qui estimaient avoir subi un préjudice dans la transaction conclue quelques mois avant la cession de leur groupe à La Martinière. Le texte du jugement n’était pas encore publié au moment de notre bouclage.
Ils avaient assigné pour dol Claude Cherki, alors président du Seuil, avec Isabelle Bardet, Edmond Blanc et Françoise Peyrot, anciens administrateurs de la SPS, ainsi que Seuil Investissement et Friedland Investissement, sociétés ayant réalisé une très forte plus-value à la suite de la revente des parts qu’elles venaient d’acquérir. Ils demandaient au total près de 3,4 millions d’euros de réparation, correspondant à la différence entre le prix auquel ils avaient vendus ces actions fin 2002, et celui que La Martinière avait réglé à leurs nouveaux détenteurs (Claude Cherki, Seuil Investissement et Friedland Investissement). Sans pouvoir prouver de machination, ils s’estimaient au moins victime d’un très grave défaut d’information. Les trois anciens administrateurs de la SPS ont fait valoir qu’ils n’avaient pas racheté ces actions, et donc réalisé aucune plus value, tandis que les autres parties mises en cause soulignaient notamment qu’elles ne pouvaient être accusées de tromperie, n’étant en rien responsables de l’information des anciens actionnaires.
L’affaire avait été répandue par un courrier anonyme, et avait obligé Claude Cherki à démissionner de son poste de P-DG.
15.04 2015

Les dernières
actualités