Polémique

Les lauréats du Prix Méditerranée boycottent l'extrême-droite à Perpignan

Souad Labbize, lauréate du prix Mediterranée de poésie 2020

Les lauréats du Prix Méditerranée boycottent l'extrême-droite à Perpignan

La poétesse Souad Labbize, lauréate du Méditerranée de poésie 2020 pour Je franchis les barbelés (Bruno Doucey) n’ira pas à la remise du prix le 3 octobre, de même que son éditeur. Les lauréats des deux autres catégories seront également absents.

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 24.07.2020 à 16h25,
Mis à jour le 24.07.2020 à 17h00

L'éditeur Bruno Doucey annonce qu’il ne se rendra pas à la remise du prix Méditerranée de poésie 2020, remporté par la poétesse algérienne Souad Labbize pour Je franchis les barbelés (2019) qui aborde la douleur de l'exil et "redonne des couleurs à la fraternité". La lauréate n'ira pas non plus à la remise du prix, prévue le 3 octobre, de même que les auteurs récompensés dans les deux autres catégories, "roman étranger" et "essai" (lire l'encadré). Cette décision intervient alors que le Rassemblement National a pris la mairie aux dernières élections municipales.

"Ce prix est placé sous la houlette du Centre Méditerranéen de Littérature (CLM), parrainé par la mairie de Perpignan, et sera remis par son organisateur, le nouvel adjoint à la Culture de la ville", à savoir André Bonet, (qui a fondé et présidé le Centre mediterranéen de littérature pendant 35 ans) explique l’éditeur avant d'appuyer sa justification par le fait qu'"il lui semble inopportun de paraître apporter la moindre caution à une équipe municipale qui incarne l’inverse de toutes les valeurs que nous défendons".

Lors de la campagne municipale en mars, les membres du jury du prix Walter Benjamin s'étaient déjà inquiétes de la "récupération" de l'image du philosophe allemand par le Rassemblement national. "On se désolidarise de la récupération de l'image de Walter Benjamin dans la campagne pour les municipales menée par Louis Aliot" avait déclaré Maria Maïlat, membre du jury, à Livres Hebdo. En réaction, le jury avait crée une nouvelle structure pour "protéger le prix de tout amalgame avec le Rassemblement national".

À la suite de cette décision, les éditions Bruno Doucey affichent sa volonté de "ne pas se laisser récupérer ou instrumentaliser", pour rester fidèle à ses valeurs, telles que le partage, la solidarité ou l’ouverture à l’autre. 

André Bonet, bientôt 60 ans, a créé leCentre Méditerranéen de Littérature, les prix Méditerranée, Spiritualités d’aujourd’hui et Ecrivains gastronomes Goût de France. Il a été membre du Conseil supérieur de la langue française et du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée. Il est aussi l'auteur de quelques livres notamment sur la chrétienté.
 

Aucun lauréat des prix Mediterranée 2020 n'ira à la remise des prix

Récompensés dans la catégorie "essai" pour Rue du pardon (Stock) et dans la catégorie "roman étranger" pour Borgo Vecchio (Notabilia/ Noir sur blanc), les auteurs Mahi Binebine et Giosuè Calaciura ont cosigné une tribune pour Médiapart avec Souad Labbize pour annoncer leur boycott de la remise des prix. 

"Par notre refus, nous souhaitons éveiller les consciences face aux idéologies du rejet et du repli sur soi. En cela, nous restons fidèles à l’éthique, aux principes et aux valeurs qui nous habitent et qui, nous l’espérons, traversent nos œuvres respectives" écrivent les auteurs. Leurs éditeurs n'ont pas encore confimé leur décision.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités