Proclamation

Les lauréats du prix Sade 2020

Jury et lauréats du prix Sade 2020

Les lauréats du prix Sade 2020

Un premier roman québécois, un essai sur un monstre, deux beaux-livres, l'un sur les urinoirs comme lieux de rencontres, l'autre sur le corps comme modèle: le jury du prix Sade a remis ses prix samedi soir dans la plus "punk" des galeries parisiennes.

Par Vincy Thomas,
Créé le 05.10.2020 à 09h19,
Mis à jour le 05.10.2020 à 10h00

C'était un peu "l'Ecole des Fans" au Prix Sade le 3 octobre à la galerie Suzanne Tarasiève. Le jury n'avait retenu que 7 livres dans sa liste de finalistes et en a récompensé... 5!

Une fois de plus, la littérature québécoise triomphe. Seul roman en lice, Chienne de Marie-Pier Lafontaine, remporte, logiquement, le prix Sade 2020. C'est un beau doublé pour son éditeur Le Nouvel Attila, qui avait déjà été récompensé l'an dernier par le prix pour Querelle de Kevin Lambert. Chienne, paru l'an dernier au Québec chez Héliotrope et début septembre en France, est aussi sélectionné par pour le prix des Rendez-vous du premier roman. Dans cette autofiction, l'auteure raconte comment un homme sadique soumet ses deux filles aux coups, aux insultes et aux humiliations durant toute leur enfance et leur adolescence, sous le regard silencieux de leur mère, persuadée qu'il n'y a aucun viol. Mais ce que vit la narratrice, c'est l'effroyable barbarie d'un homme qui roue son corps de coups, qui la tient en laisse, qui la force à marcher à quatre pattes, à manger sous la table, sans que la mère s'interpose jamais. Personne ne s'étonnera si l'enfant, devenue grande, finira par mordre.

Le jury décerne un prix spécial à Journal intime (1926-1940) de Julien Green (Robert Laffont, "Bouquins").

Le prix Sade de l'essai 2020 distingue Vacher l'éventreur de Marc Renneville, publié en novembre 2019 chez Jérôme Million ("Mémoires du corps"). Joseph Vacher incarne la figure du monstre. Ces archives inédites présentent ce cas criminel sous un nouveau jour en éclairant l'enquête, le jugement et l'aspect médico-légal de cette affaire. Assassin, égorgeur, violeur et éventreur récidiviste, il a été exécuté en 1898.

Deux beaux-livres repartent avec le prix Sade du livre d'art 2020: Les tasses de Marc Martin (Agua), entremêlant textes originaux, photographies d'archives et séries d'artistes contemporains autout des urinoirs comme lieu de drague homosexuelle à travers le temps, et Céroplastie, corps immortalisés de Nathalie Latour (Le Murmure), beau-livre de photographies, signée de Thomas Deschamps, où le corps est reconstitué par des medelages en cire.

Par ailleurs, le jury a rendu hommage à l'écrivain Esparbec, disparu en juillet, et à l'historien et professeur Dominique Kalifa, mort le 13 septembre.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités