Fiction

Les nouvelles papesses du roman populaire

Les nouveautés de cinq auteures emblématiques. - Photo PHOTO OLIVIER DION

Les nouvelles papesses du roman populaire

Issue de l’autoédition, de concours ou de blogs, une nouvelle génération d’auteures grand public a séduit en moins de cinq ans des centaines de milliers de lectrices et de lecteurs. Sur les traces de Katherine Pancol, Françoise Bourdin ou Anna Gavalda, elles font souffler parmi les meilleures ventes un vent de féminité dans un univers encore très masculin.

J’achète l’article 4.5 €

Par Cécile Charonnat,
Créé le 05.05.2017 à 00h00,
Mis à jour le 05.05.2017 à 08h15

Elles ravissent le cœur de leurs lecteurs, et plus particulièrement de leurs lectrices, et leurs parcours, qui se ressemblent, tiennent du conte de fées. En moins de cinq ans, grâce à leur capacité à parler au plus grand nombre, Agnès Ledig, Agnès Martin-Lugand, Aurélie Valognes, Virginie Grimaldi et Sophie Tal Men se sont imposées dans le roman populaire français, disputant chaque printemps à Marc Levy, Guillaume Musso, Michel Bussi et consorts les bonnes places sur les tables des libraires. "C’est plutôt agréable de voir ces femmes apparaître dans le paysage et se hisser à côté des grands auteurs masculins, se réjouit Carine Fannius, directrice éditoriale du pôle poche d’Univers Poche. D’autant qu’elles apportent un traitement différent au roman de détente, qui contribue à renouveler le genre."

En privilégiant des thématiques puisées dans la vie quotidienne, ce quintette de choc dont la moyenne d’âge frôle à peine les 40 ans et débusqué, pour trois d’entre elles, sur les plateformes d’autoédition, fait souffler un vent de modernité et de fraîcheur sur le roman populaire. Plus proches de la comédie familiale que de la romance, elles mettent en scène des personnages qui jonglent entre problèmes de travail et de couple, quête d’identité et relations familiales ou intergénérationnelles. Un cocktail qui confère à leurs récits un caractère d’universalité et un pouvoir d’identification fort. "Leurs livres font du bien, ils sont simples et ressemblent à leurs lectrices, qui se retrouvent dans des situations et des personnages", constate Nathalie Iris, directrice de la librairie Mots en marge, à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Formules et bons mots

Autre trait commun qui caractérise ces auteures et renforce leur modernité, un style simple, truffé de formules et de bons mots, traversé d’humour et d’autodérision. "J’écris comme je suis, je ne cherche pas à faire des envolées. Mes mots et mes constructions de phrases sont aussi issues du quotidien", décrypte Agnès Martin-Lugand, auteure du désormais célèbre Les gens heureux lisent et boivent du café. Inspirée des méthodes anglo-saxonnes, cette langue "ne s’embarrasse pas de description, plante le décor en trois détails et donne la part belle aux dialogues. Cette rapidité rend les récits très efficaces et incisifs", confirme Françoise Bourdin, figure historique du roman populaire. Ainsi Sophie Tal Men a veillé à ce que chacun des chapitres de ses deux romans, publiés chez Albin Michel, "soit court, représente une scène, grâce notamment à un décor, des bruits et des odeurs, et se termine par une séquence qui donne envie de tourner la page".

Sous cette apparente légèreté, les nouvelles papesses du roman populaire n’hésitent pourtant pas à aborder des sujets plus graves comme la vieillesse, le départ d’un enfant, le deuil, la maladie, les violences conjugales. Mais de ces grandes problématiques de la vie, elles font émerger l’entraide, la solidarité, la résilience, teintant leurs romans d’une pincée de feel-good book dans l’air du temps.

"Nous racontons la vie avec une certaine sensibilité et en donnant de l’espoir", analyse Agnès Ledig, dont les livres ont provoqué, chez certaines de leurs lectrices, des changements de cap. "C’est parce qu’elles essorent leurs lecteurs de sentiments, qu’elles ont elles-mêmes parfois traversés, qu’elles arrivent à produire une littérature qui rassénère et qui fait mouche à chaque fois", estime Alexandrine Duhin, directrice éditoriale chez Mazarine/Fayard.

La vie en vrai

Héritières revendiquées de Katherine Pancol et d’Anna Gavalda, qu’elles lisent et relisent, ces auteures ne font pas que produire des livres qui font du bien et des personnages bienveillants. Elles leur ressemblent, se révélant sympathiques et chaleureuses dans la vraie vie.

Particulièrement attentives à leur lectorat, elles communiquent beaucoup sur les réseaux sociaux et s’attachent à répondre à chaque message reçu. Aurélie Valognes laisse son adresse électronique à la fin de chacun de ses livres. "Elles sont sincères, ne se prennent pas au sérieux et ont un profond respect pour leur lectorat, souligne Béatrice Duval, directrice de Denoël. On est donc loin d’une démarche marketing ou opportuniste, qui finirait de toute façon par se ressentir."

Les lecteurs ne s’y trompent pas, qui se pressent aux rencontres et aux dédicaces. Les éditeurs non plus, qui s’arrachent ces auteures très "bankables", dont les ventes en poche relèvent parfois du phénomène. Avec Mémé dans les orties, Aurélie Valognes a par exemple multiplié par 24 les ventes du grand format, publié en 2015 par Michel Lafon.

Ce succès "ravit" Françoise Bourdin. Elle espère que cette nouvelle génération d’auteures parviendra à "faire sauter le plafond de verre et la gangue de mépris qui pèse depuis si longtemps sur le roman populaire".

Agnès Martin-Lugand: juste raconter des histoires

Agnès Martin-Lugand - Photo MATHIEU THAUVIN/M. LAFON

Malgré deux million d’exemplaires vendus et la cession des droits de son premier roman, Les gens heureux lisent et boivent du café, au producteur de cinéma américain Harvey Weinstein, Agnès Martin-Lugand "n’en revien[t] toujours pas". Elle "croque" ce qui lui arrive "comme au premier jour" et reste "bouleversée que les lecteurs [la] suivent et qu’ils aient toujours autant confiance en [elle]". Des lecteurs qu’elle ne cesse de remercier : "Ce sont eux qui m’ont donné ma légitimité d’auteure." Fin 2012, elle dépose sur la plateforme d’autoédition d’Amazon son premier texte, écrit pendant son congé parental sous l’œil d’un coach littéraire, Laurent Bettoni. La suite est connue : entrée rapidement dans le top 10 des ventes, elle est contactée par Michel Lafon, qui publie Les gens heureux… dès juin 2013.

Depuis, elle enchaîne les succès mais garde la tête froide. "Je veux juste raconter des histoires et provoquer des émotions chez les lecteurs, leur faire passer des messages", assure cette ancienne psychologue clinicienne devenue auteure à plein-temps et qui, à chaque nouveau roman, "pousse davantage dans l’écriture". "Je me sens comme un musicien qui acquiert de plus en plus de dextérité et a envie de prendre des risques", observe-t-elle. Pour son cinquième livre, J’ai toujours cette musique dans la tête, publié en mars, elle adopte ainsi un double point de vue et se glisse dans la peau d’un homme, une "audace" qu’elle ne se serait jamais permise auparavant.

Naissance : 1979 à Saint-Malo
Titres parus : 5
Exemplaires vendus : 2 millions
Traductions : dans 30 pays

Sophie Tal Men : neurologue et écrivaine

Sophie Tal Men - Photo SANDRINE EXPILLY/ALBIN MICHEL

Parmi les auteures découvertes grâce à l’autoédition, Sophie Tal Men fait figure de "petite dernière". Si elle a d’abord emprunté la voie classique pour tenter de faire publier son premier texte, "afin de faire les choses dans l’ordre", elle s’est très vite retournée vers KDP, la plateforme d’Amazon dédiée à l’autoédition. "Sur les seize maisons d’édition contactées, seules deux m’ont répondu", se souvient la jeune auteure. Dépitée, et malgré ses préventions, elle suit les conseils de sa belle-sœur, Aurélie Valognes, tout juste éditée par Michel Lafon. Elle dépose son texte sur KDP, écrit sous pseudonyme pour préserver son activité de neurologue, qu’elle exerce à Lorient. "En un mois, je suis passée en tête des ventes", raconte Sophie Tal Men. Forte de ce succès, elle reprend la plume pour recontacter Albin Michel, éditeur recommandé par Martin Winckler qu’elle a rencontré lorsqu’elle avait monté La maladie de Sachs au théâtre lors de ses études à Rennes. Bonne pioche : Les yeux couleur de pluie est publié un an après, en mai 2016. Une heureuse reconnaissance pour cette boulimique de livres qui "depuis toute petite, a le goût de l’écriture" au point qu’au lycée elle a hésité entre des études littéraires et scientifiques. Le déclic s’est fait grâce à L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau d’Oliver Sachs. Sophie Tal Men sera médecin, ce qui lui laisse toujours la possibilité d’écrire, alors que "l’inverse n’aurait pas été vrai". Alors que la neurologue publie son second livre, elle a déjà terminé le troisième.

Naissance : 1980 à Rennes
Titres parus : 2
Exemplaires vendus : 20 000

Virginie Grimaldi : l’émerveillement et l’urgence d’écrire

Virginie Grimaldi - Photo VS/FAYARD

Tout comme Agnès Ledig, qu’elle connaît bien et avec qui elle partage une même souffrance intime, Virginie Grimaldi n’est pas passée par la case autoédition, mais par celle du concours. "J’ai toujours eu besoin d’écrire et de partager, et je pensais que mon blog suffisait à satisfaire cette envie", raconte la tout juste quadragénaire. Mais ses lecteurs en décident autrement. "Ce sont eux qui m’ont poussée à adopter un format plus long. J’ai résisté jusqu’à ce qu’une lectrice m’envoie le lien du concours de nouvelles E-crire aufeminin", poursuit Virginie Grimaldi. Lauréate en 2014, elle envoie dans la foulée un texte chez City, "l’une des seules maisons qui acceptaient alors les manuscrits par mail", note-t-elle. Trois semaines après la sortie du Premier jour du reste de ma vie…, en janvier 2015, elle est contactée par d’autres maisons et choisit Fayard. Depuis, deux nouveaux romans ont vu le jour et 100 000 exemplaires du premier ont trouvé preneur en poche. "C’est un émerveillement continu auquel j’espère ne jamais m’habituer", se réjouit celle qui vient tout juste de lâcher son métier de communication sur le Web pour se consacrer à l’écriture et s’attaque déjà à la rédaction de son quatrième livre, l’encre du troisième à peine sèche. "Je ressens comme une urgence à écrire", constate Virginie Grimaldi, qui préfère partir "d’un squelette de trame et de quelques personnages. Ensuite, la magie opère : je me laisse totalement surprendre par mes personnages, dont je suis le premier public, émerveillée."

Naissance : 1977 à Bordeaux
Titres parus : 3
Exemplaires vendus : 175 000
Traductions : dans 8 pays, une adaptation en cours

Aurélie Valognes : sa revanche sur la vie

Aurélie Valognes - Photo SANDRINE ROUDEIX/MAZARINE

Depuis quatre ans, la vie d’Aurélie Valognes ressemble un peu à celle de J. K. Rowling. Arrivée en Italie dans les bagages de son mari, elle décide de se lancer dans l’écriture "pour s’occuper". Elle consulte sur YouTube des vidéos pour apprendre à écrire, et tombe notamment sur celles de Bernard Werber. Pragmatique, elle applique les consignes et se met à écrire dans un café, entre ses cours d’italien et ses deux enfants.

"Trois mois et demi plus tard, j’avais un roman", explique celle qui aurait bien passé un "bac écrivain avec débouchés assurés s’il avait existé", mais qui a opté pour des études généralistes et commerciales. "J’ai sauté le pas et, en juillet 2014, j’ai publié mon histoire sur Amazon pour recueillir l’avis des lecteurs", explique Aurélie Valognes. Une "folie" qu’elle ne regrette pas un instant.

Repéré, comme celui d’Agnès Martin-Lugand, par Michel Lafon, son premier roman paraît chez lui en mai 2015. Mémé dans les orties met en scène un vieil homme acariâtre à qui la vie offre une seconde chance. Un thème qu’Aurélie Valognes aime aborder dans ses livres. "J’ai grandi à Massy, dans un milieu populaire, entre une mère assistante maternelle et un père qui peignait des voitures. Ecrire des livres et être publiée, c’est un peu ma revanche sur la vie."

Heureuse que ses histoires parlent "au plus grand nombre", Aurélie Valognes n’a maintenant plus qu’une seule idée en tête : faire en sorte que "jamais ça ne s’arrête". Elle vient donc de commettre une seconde "folie" : quitter son poste de directrice marketing dans la société Mars pour se consacrer à l’écriture.

Naissance : 1983 à Massy
Titres parus : 3
Exemplaires vendus : 500 000
Traductions : dans 8 pays

Agnès Ledig : dire ce qu’elle a au fond du cœur

Agnès Ledig - Photo GUILLAUME MOUCHET/ALBIN MICHEL

Pionnière - elle a été publiée pour la première fois en 2011 -, Agnès Ledig se "pince encore. Je suis comme une petite fille devant le sapin de Noël. Ecrire m’est tombé dessus sans que je fasse quoi que ce soit", assure cette fille d’instituteurs qui a toujours baigné dans les livres. Pourtant, jusqu’à 33 ans, l’écriture ne lui "traverse jamais l’esprit".

Mais en 2006 survient un événement qui bouleverse sa vie : elle perd son fils cadet, atteint d’une leucémie. Un médecin lui conseille de ne pas laisser dans ses tiroirs des carnets écrits durant cette épreuve. Elle s’en inspire pour ce qui sera son premier succès de librairie, Juste avant le bonheur (2013). Depuis, elle continue. "J’y ai pris goût et je me suis rendu compte que je faisais du bien aux gens", confie-t-elle.

Une autre manière de "prendre soin" pour celle qui fut sage-femme pendant quinze ans et qui cultive "la dimension humaine", la discrétion et l’humilité. "Je passe par le roman pour dire ce que j’ai au fond du cœur et faire passer des messages d’humanité qui me tiennent à cœur", ajoute Agnès Ledig.

Loin des accouchements depuis 2015, elle se consacre pleinement à l’écriture et doit même se "freiner". Déjà auteure de cinq romans et de trois documents, dont un Guide gynéco (Pocket), elle s’est aussi mise à la littérature jeunesse, "un autre travail tout aussi passionnant". A paraître le 10 mai chez Pocket Jeunesse, Mazette est un album qui aborde l’hypersensibilité, un sujet qu’Agnès Ledig maîtrise sur le bout des doigts.

Naissance : 1973
Titres parus : 9 dont 5 romans
Exemplaires vendus (romans) :
960 000
Traductions : dans 17 pays et une adaptation audiovisuelle

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités