Edition

"Les œuvres du matrimoine", une nouvelle collection féministe chez Librio

Astrid Chauvineau, éditeur chez Librio, le label poche de Flammarion. - Photo ©Flammarion

"Les œuvres du matrimoine", une nouvelle collection féministe chez Librio

Le label poche de Flammarion entend mettre en lumière les œuvres d’autrices oubliées, publiées entre le XVIIe et le début du XXIe siècle, à travers une nouvelle collection inaugurée en janvier par Astrid Chauvineau. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Cécilia Lacour ,
Créé le 02.12.2021 à 10h58 ,
Mis à jour le 02.12.2021 à 14h11

Editrice chez Librio, le label poche de Flammarion, Astrid Chauvineau lance le 19 janvier une collection féministe. Avec "Les œuvres du matrimoine", elle entend donner une nouvelle visibilité aux textes d’autrices éditées entre le XVIIIe et le début du XIXe siècle. Leur point commun ? Ces femmes, bien qu’elles aient été récompensées ou reconnues par leurs contemporains, ont toutes été oubliées du grand public. 

"Ces autrices ne sont pas passées à la postérité. On ne connaît pas même leurs noms", regrette Astrid Chauvineau. Après le bon accueil de Survivre au sexisme ordinaire : analyses et techniques de 18 féministes pour le mettre KO (Librio, mars 2021), l’éditrice a eu "envie d’ajouter une pierre à l’édifice du mouvement de visibilisation des femmes. Nous avons un rôle à jouer en tant que maison d’édition"

Pour "Les œuvres du matrimoine", elle tient à publier des textes abordant, dans une langue accessible, des thèmes universels. Comme "des histoires d’amour, de jalousie, de maladie ou encore d’émancipation", souligne-t-elle. 
 [[asset:box:364181 {"mode":"full","align":"","field_asset_box_title":["Les six premiers titres de la collection "],"field_asset_box_body":["\u0026quot;Les \u0026oelig;uvres de matrimoine\u0026quot; sera inaugur\u0026eacute;e le 19 janvier avec six titres :\u0026nbsp;\r\n\u003Cul\u003E\r\n\t\u003Cli\u003E\u003Cem\u003EBelle Belle ou Le chevalier fortun\u0026eacute;\u003C\/em\u003E suivi de \u003Cem\u003ELa belle aux cheveux d\u0026rsquo;or \u003C\/em\u003Ede \u003Cstrong\u003EMarie-Catherine d\u0026rsquo;Aulnoy\u003C\/strong\u003E\u003C\/li\u003E\r\n\t\u003Cli\u003E\u003Cem\u003EIsoline\u003C\/em\u003E de\u003Cstrong\u003E Judith Gautier\u003C\/strong\u003E\u003C\/li\u003E\r\n\t\u003Cli\u003E\u003Cem\u003EMademoiselle de Clermont\u003C\/em\u003E de \u003Cstrong\u003EF\u0026eacute;licit\u0026eacute; de Genlis\u003C\/strong\u003E\u003C\/li\u003E\r\n\t\u003Cli\u003E\u003Cem\u003EHistoire du Marquis de Cressy \u003C\/em\u003Ede \u003Cstrong\u003EMarie-Jeanne Riccoboni\u003C\/strong\u003E\u003C\/li\u003E\r\n\t\u003Cli\u003E\u003Cem\u003EVingt-quatre heures d\u0026rsquo;une femme sensible\u003C\/em\u003E de \u003Cstrong\u003EConstance de Salm\u003C\/strong\u003E\u003C\/li\u003E\r\n\t\u003Cli\u003E\u003Cem\u003ELaissez-moi\u003C\/em\u003E de \u003Cstrong\u003EMarcelle Sauvageot\u003C\/strong\u003E\u003C\/li\u003E\r\n\u003C\/ul\u003E\r\n"],"field_xml_id":[]}]]
La réédition de ces textes au sein de Librio, connu pour publier des titres courts à petit prix, poursuit un objectif clair. "Si ces autrices ne sont pas publiées dans des formats accessibles à toutes et à tous, elles ne pourront pas être lues et encore moins étudiées", estime l’éditrice.

Le label poche de Flammarion mise également sur des couvertures colorées, créées par l’illustratrice féministe Marie Boiseau. "Tant qu’à donner de la visibilité à ces autrices, autant que les couvertures soient remarquables en librairie", insiste Astrid Chauvineau. Par ailleurs, l’image de chaque autrice est présente dans un médaillon et leur nom apparaît dans une taille de police équivalente à celle du titre.
 [[asset:image:364182 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_desc_long":[],"field_asset_image_desc":["Les couvertures des six premiers titres des \u0022\u0152uvres du matrimoine\u0022."],"field_xml_id":["photo\/capture_d__cran_2021_12_02___09.58.02.png"]}]]
Une soirée de lancement sera organisée le 19 janvier dans la librairie Un livre et une tasse de thé (Paris 10e) en présence d’Astrid Chauvineau et de Stéphanie Genand, maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Rouen et autrice de La sympathie de la nuit (Flammarion, 5 janvier), un essai consacré à Germaine de Staël.

Les dernières
actualités