Québec

Montréal veut abolir les frais de retard dans son réseau de bibliothèques

L'entrée de la Grande Bibliothèque de Montréal - Photo JEAN GAGNON - CC BY-SA 3.0

Montréal veut abolir les frais de retard dans son réseau de bibliothèques

Accusées de freiner la fréquentation, les pénalités de retard devraient disparaître des bibliothèques publiques montréalaises dès l'automne 2021. Une mesure d'équité et de justice sociale, selon la mairesse Valérie Plante, qui pourrait bien faire des émules au Québec où le mouvement "Bibliothèque sans amendes" prend de l'ampleur.

J’achète l’article 1.50 €

Par Souen Léger,
Créé le 01.07.2021 à 09h06,
Mis à jour le 01.07.2021 à 15h21

A Montréal, les pénalités de retard dans les bibliothèques publiques seront bientôt de l'histoire ancienne. Supprimées depuis le début de la crise sanitaire afin de soutenir les communautés défavorisées, elles devraient tout simplement être abolies d'ici l'automne, fait savoir la ville québécoise dans un communiqué publié le 30 juin 2021. "Un geste fort" qui s'impose "malgré un contexte budgétaire difficile", plaide la municipalité. 

Un mouvement grandissant en Amérique du Nord

"Avec cette abolition, nous nous assurons de ne laisser personne pour compte. Plusieurs familles ne viennent plus dans nos bibliothèques parce que leurs dossiers sont bloqués en raison de frais de retard. Cette situation prive des enfants et d’autres personnes en situation de vulnérabilité d’un accès à des livres, à la culture, mais aussi aux ordinateurs, très populaires auprès des membres. Cela va à l’encontre de nos valeurs d’équité et de justice sociale", a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Cette décision devant être votée dans chaque conseil d’arrondissement – ces derniers tirent par ailleurs des revenus desdites pénalités – il faudra attendre le mois d’octobre 2021 pour que l'abolition entre en vigueur partout sur l'île. 

Avec cette mesure, la métropole entend rejoindre le mouvement Fine Free Library (Bibliothèque sans amendes), né aux Etats-Unis en 2017. D'ores et déjà soutenu par l’Association des bibliothèques publiques du Québec, il gagne du terrain dans la Belle Province où 28% des bibliothèques publiques n'appliquent déjà plus de frais de retard, soit 292 établissements (dont 272 complètement, et 20 partiellement). 

Une mesure suggérée par l'ABF en avril 2020

Reste toutefois à préciser les modalités pratiques entourant la disparition des frais de retard. Au cœur des réflexions : la durée des prêts, qui devra être réétudiée. Cité par Le Devoir dans un article du 30 juin, Sébastien Nadeau, directeur des services au public à la Grande Bibliothèque de Montréal, explique : "En prolongeant les délais de prêt, les autres usagers pourraient attendre des semaines avant d’y avoir accès. Donc, on rend un usager heureux, mais derrière ça, il y en a des dizaines d’autres qui sont moins heureux d’attendre. Il faut trouver un équilibre.

Par ailleurs, la suppression des pénalités n'est pas synonyme d'anarchie. "Si un usager dépasse les délais de prêt, il sera quand même invité à rendre le livre, sans payer de frais. S’il le perd, il devra le rembourser", précise Le Devoir.

En France, la suppression des frais de retard avait été suggérée par l'ABF en avril 2020, en pleine crise sanitaire, suite à la fermeture des établissements.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités