FIBD 2024

Moto Hagio à Angoulême : du Shōjo sans clichés

Moto Hagio au FIBD 2024 - Photo Léon Cattan

Moto Hagio à Angoulême : du Shōjo sans clichés

Reçue en grande pompe au FIBD, la mangaka Moto Hagio a déjoué les attentes du grand public sur les mangas pour jeunes filles. Elle a été récompensée d'un Fauve d'honneur. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Léon Cattan , Angoulême
Créé le 28.01.2024 à 18h41 ,
Mis à jour le 30.01.2024 à 11h21

Le shōjo vintage revient en force au FIBD. Treize ans après la venue de Riyoko Ikeda, autrice culte de La rose de Versailles (Kana, 2011), une autre icône du manga pour jeunes filles était l’invitée d’honneur du festival : Moto Hagio, à qui l’on doit Le cœur de Thomas (Crunchyroll) et Le clan des Poe (Akata). Après une exposition dédiée et une masterclass, la mangaka a été récompensée d’un Fauve d’honneur sur la scène du théâtre d’Angoulême. 

Sur les stands des éditions Akata, les visiteurs de Manga City ont pu se procurer les deux premiers tomes du Clan des Poe et Barbara, l’entre-deux-mondes. L’idée de rééditer ces œuvres ne vient pas d’hier pour la maison d’édition, qui a créé une collection « Héritages ». Un moyen de féminiser le patrimoine du manga, qui s’invite de plus en plus en France via des reparutions d’Osamu Tezuka et Junji Itō. Et d’en finir avec une vision tronquée du shōjo, souvent réduit au récit à l’eau de rose. 

Moto Hagio Masterclass
Moto Hagio revient sur son parcours en masterclass au FIBD 2024- Photo LÉON CATTAN

Les mangas de Moto Hagio sont loin de souscrire à cet archétype : elle s’est emparé du mythe vampirique dans Le clan des Poe, a imaginé dans Nous sommes onze ! (Glénat) un huis clos dans l’espace, et décrit d’une manière glaçante l’abus d’un beau-père sur son fils dans Sous la domination d’un dieu impitoyable (inédit en France). Expérimentations narratives et stylistiques, sujets d’une grande noirceur… Et pourtant, Moto Hagio est bien une autrice de shōjos. « Avec le temps, des hommes se sont mis à lire mes mangas, raconte-t-elle en conférence de presse. Certains m’ont dit : “Ces histoires ne ressemblent pas à des shōjos.” Pourquoi ? Parce qu’ils les trouvaient intéressantes. » Elle ajoute : « Il m’arrive de recevoir des lettres de lecteurs masculins qui me disent élaborer des stratagèmes pour acheter mes mangas en librairie, car ils n’assument pas d’acheter des shōjos. »

Publier du shōjo : mode d’emploi 

Les éditions Glénat ont réédité deux anthologies d’histoires courtes de Moto Hagio en janvier 2024. Quelque temps plus tôt, la directrice éditoriale du département manga, Satoko Inaba, avait confié à Livres Hebdo : « La grande difficulté, c’est que les lectrices de shōjo lisent du shōnen, mais que l’inverse n’est pas vrai en France. »

Expo Hagio
Une exposition dédiée aux travaux de Moto Hagio- Photo LÉON CATTAN

Pour susciter l’engouement, plusieurs stratégies sont développées par les éditeurs. Y compris catégoriser les shōjos en seinen, autre sous-genre de mangas ciblant les hommes adultes. « Certains cachent l’origine des œuvres pour les rendre plus attractives auprès du grand public. Sinon, elles ne fonctionneraient pas d’un point de vue éditorial », observe Julie Proust-Tanguy, autrice du diptyque Shōjo! et Shōnen! (Moutons Électriques, 2023). Elle cite Le requiem du roi des roses d’Aya Kanno, publié au Japon dans le magazine de shōjos Monthly Princess et édité en France par Ki-oon dans leur collection Seinen

D’autres vont privilégier des publications plus adultes, qui s’attaquent à des sujets de société et mélangent les genres. L’incursion dans le fantastique avec le one-shot Dandara, paru chez Akata en 2022, la série steampunk Mikado Boy de Riko Miyagi (2014) ou des romances plus matures à l’instar de Switch Love d’Akane Ogura (Delcourt Tonkam, 2019). Et pour soutenir ces choix audacieux, les lectrices de shōjos sont au rendez-vous. En atteste le lancement d’un hashtag qui perdure depuis un an, #LibérezLesShojos, créant un espace de contestation et de déconstruction des idées reçues sur cette catégorie souvent surnommée qualifiée de « parente pauvre » du shōnen. Comme pour faire écho à ces questionnements, les éditions Pika ont annoncé l'édition de shōjos collector en 2024.

Les recommandations lecture de Moto Hagio

Les dernières
actualités