Numérique : vertueuse, la liseuse ? | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 27.11.2015 (mis à jour le 27.11.2015 à 14h03) COP 21

Numérique : vertueuse, la liseuse ?

Une liseuse Kindle d’Amazon. - Photo OLIVIER DION

L’empreinte carbone d’un livre numérique peut devenir bien supérieure à celle d’un livre imprimé, quand on prend en compte celle du matériel nécessaire à sa lecture.

Les tentatives d’intoxication au numérique vert ont fait long feu, mais Culture Papier ne baisse pas la garde. L’association créée en janvier 2010 pour contrer les idées reçues sur le livre numérique prétendu plus écologique que l’imprimé organise toujours ses colloques annuels. Elle a seulement déplacé son angle d’attaque : le papier est durable, en tant que support de communication, mais aussi dans le processus de transmission qu’il permet, souligne le thème de la dernière réunion tout juste organisée le 17 novembre. Les liseuses ou tablettes seraient donc, selon elle, d’une efficacité douteuse à tous égards par rapport au bon vieux livre papier.

A la fin des années 2000, quand une poignée de responsables du monde de l’imprimé décident de réagir, il y avait le feu dans la maison. Au plus fort du démarrage du livre numérique sous l’impulsion d’Amazon et de son Kindle, une intuition trompeuse est apparue : dématérialisé par nature, un fichier numérique préserverait les forêts et ne coûterait quasiment rien en consommation d’énergie et en émission de carbone, un des gaz responsables du réchauffement de la planète.

L’affaire a pris une apparence rationnelle et sérieuse en août 2009, quand la société de conseil californienne Cleantech, spécialisée dans l’innovation durable, a publié une étude affirmant que le Kindle devenait écologiquement vertueux à partir de 22,5 ebooks achetés. Le calcul reposait sur une série d’hypothèses, dont l’estimation du carbone produit par la fabrication d’un Kindle, évaluée à 168 kg.

Emma Ritch, l’auteure de l’étude, disait n’avoir obtenu aucune information d’Amazon qui n’a jamais publié le bilan carbone de sa liseuse, contrairement à Apple pour l’iPad (190 kg pour la dernière version de l’iPad Air 2, contre 130 kg pour le tout premier modèle). A partir de ce chiffre le calcul du ratio devenait simple, en fonction du poids moyen en carbone d’un livre imprimé. L’étude l’évaluait à 7,46 kg, d’où ces 22,5 livres imprimés à remplacer par des ebooks pour neutraliser l’émission initiale du Kindle. Au 23e livre, la lecture devenait écologiquement vertueuse.

A chacun son ratio

Pourtant, une estimation réalisée en 2008 par les éditeurs américains participant au programme Green Press Initiative ne chiffrait l’émission de carbone qu’à 4,01 kg par livre. Le ratio passerait alors à 42 ebooks pour neutraliser le carbone de l’appareil. Comme on ne lit que du livre de texte sur une liseuse, on pourrait même réduire ce bilan carbone moyen à 2 kg, et le ratio serait de 84 livres. Avec le chiffre avancé par Hachette, 1,2 kg d’équivalent carbone par livre, il faudrait 140 ebooks. D’autre part, ces calculs ne tiennent pas compte de l’impact des composants chimiques et métalliques d’une liseuse.

Faute de données réelles, les estimations peuvent donc produire des ratios très différents en fonction des hypothèses retenues. Cleantech a ainsi été soupçonnée de travailler en sous-main pour Amazon. Elle avait au moins réussi son opération de communication. Aujourd’hui, son étude est d’ailleurs introuvable sur son site.

A partir des chiffres dont dispose Amazon, un bilan écologique serait pourtant d’autant plus simple que l’univers du Kindle est fermé (pas de livres d’autres fournisseurs compatibles) et monoproduit, contrairement aux tablettes multi-usages. Il suffit d’assembler le bilan carbone de la liseuse, sa durée d’utilisation (en intégrant les appareils jamais ouverts, qui dégradent le ratio), le nombre d’ebooks achetés, avec une hypothèse de substitution par rapport au livre papier. Si le résultat était favorable, on peut supposer que le cybermarchand l’utiliserait dans sa communication.

close

S’abonner à #La Lettre