Polémique

Pédophilie: Vanessa Springora dénonce Gabriel Matzneff

Vanessa Springora - Photo OLIVIER DION

Pédophilie: Vanessa Springora dénonce Gabriel Matzneff

L'actuelle directrice de Julliard est la première victime de Gabriel Matzneff à dénoncer les pratiques assumées de l'écrivain dans son premier roman, Le consentement, à paraître le 2 janvier chez Grasset.

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 23.12.2019 à 21h17,
Mis à jour le 29.12.2019 à 11h38

"Depuis tant d’années, mes rêves sont peuplés de meurtres et de vengeance. Jusqu’au jour où la solution se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence: prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre" écrit Vanessa Springora en préambule de son premier roman, Le consentement (Grasset, 2 janvier). Derrière ce "chasseur" ce cache celui que la narratrice appelle "G". Le dénommé G n'est autre que l'écrivain Gabriel Matzneff, qui n'a jamais caché ses goûts pour les mineurs, se qualifiant de "philopède".

Contacté par Le Monde, qui a dévoilé son nom, Gabriel Matzneff ne souhaite pas s'exprimer sur l'affaire. "Je n'ai pas la tête à ça, ce n'est pas du tout par désobligeance, croyez le bien" a t-il argué. En librairie, il n'a au contraire rien caché de ses pratiques. Il écrit en 1975 un essai intitulé Les moins de seize ans, réedité en 2005 chez Léo Scheer.  Dès 1980, sur le plateau d'Apostrophes, il a justifié son comportement de prédateur sexuel face à la romancière québécoise Denise Bombardier. "Le livre n’a pas soulevé de vagues de protestation, se remémore Bernard Pivot, interrogé par le quotidien du soir. Ce sont les époques qui diffèrent." Longtemps, il a été défendu par la presse (Le Monde, Libération, ...).  Lui même s'est souvent justifié en définissant ses relations avec des adolescents comme amoureuses. Cependant depuis quelques années, nombreux sont ceux qui ne veulent plus le soutenir. En 2013, l'attribution du Renaudot de l'essai pour Séraphin c'est la fin! (La Table ronde) avait soulevé quelques protestations.

Effet #MeToo ?

A 13 ans, Vanessa Springora rencontre l'écrivain âgé de 50 ans au cours d'un dîner. Ils entament une relation un an plus tard. La romance tourne au cauchemar lorsqu'elle comprend qu'il collectionne les jeunes filles et pratique le tourisme sexuel.  Quitté par la jeune femme deux ans plus tôt, il publie Mes amours décomposés en 1990. Trente ans plus tard, elle revient sur l'emprise que cet homme a exercé sur elle, dénonçant la complaisance d'un milieu littéraire aveuglé par la notoriété. Elle est la première des victimes de Gabriel Matzneff à prendre la parole, encouragée par le mouvement #metoo.

Dans Le consentement, l'auteure raconte sa tentative de s’arracher à l’emprise qu’il exerce sur elle, tandis qu’il s’apprête à raconter leur histoire dans un roman. En 1993, il fera même d'elle l'héroïne d'un roman, La prunelle de mes yeux, sous le nom de Vanessa S. "Tout le monde m'a reconnue, cela a été pour moi un séisme" a expliqué Vanessa Springora à Jean-Claude Perrier dans son avant portrait de la nouvelle directrice de Julliard publié dans le numéro du 15 novembre.

De son côté, Gabriel Matzneff a publié en novembre L'amante de l'arsenal: journal 2016-2018 chez Gallimard.





Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
j

Véronique

il y a 11 mois à 13 h 40

Honteux que Gallimard publie encore ce pédophile avéré. Le premier qui répond liberté d'expression...


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités