Compte rendu

Quand les bibliothèques sont aussi musées

La galerie baroque Mazarin de la BnF Richelieu a été restaurée et redevient un espace d'exposition. - Photo Guillaume Murat / BnF

Quand les bibliothèques sont aussi musées

De nombreuses bibliothèques recèlent des trésors que les conservateurs tâchent de montrer tout en les préservant, intégrant ainsi une vocation muséale qui soulève de nombreuses questions. Un colloque organisé à la BNF et à l’École des Chartes du 18 au 20 octobre s’est penché sur le sujet. Compte rendu.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 23.10.2023 à 18h28 ,
Mis à jour le 24.10.2023 à 11h56

Il y a un an, la Bibliothèque nationale de France de Richelieu (BNF), au cœur de Paris, ouvrait un nouveau musée, se prolongeant jusqu’à la monumentale salle de lecture ovale. Comme si musée et bibliothèque se confondaient. D’autres bibliothèques-musées ont vu le jour ces dernières années, comme La Contemporaine, bibliothèque, archives et musée implantée à Nanterre ; ou la fondation Bodmer (Cologny, Suisse), bibliothèque qui s’est étoffée d’un musée en 2003.

Ces lieux hybrides ont fait l’objet d'un colloque, organisé du 18 au 20 octobre par (et à) la BNF et l’École nationale des Chartes et sous la direction de Christine Bénévent, Emmanuelle Chapron et Gennaro Toscano. Partant du constat que bibliothèques et musées se marient bien. « La bibliothèque est un musée du livre », a introduit Christophe Didier, de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU). Et des globes et objets archéologiques peuvent permettre d’éclairer les textes, sous la forme des cabinets de curiosités élaborés à la Renaissance.

Avant internet, ces documents physiques étaient perçus comme des ressources. Aujourd’hui, ce sont des objets d’histoires. Ressources ou objets d'histoires : ils ont leur places dans ces espaces poreux que sont les bibliothèques-musées. Mais ces deux vocations peuvent se contredire. Ainsi la fondation Bodmer a-t-elle concentré ses forces sur le musée, au détriment de la bibliothèque, confesse son directeur Jacques Berchtold. Il se voit également limité dans les documents de la bibliothèque qu'il souhaite valoriser, ces documents étant trop fragiles ou pas adaptés à tous les publics – comme des gravures de Sade.

Contradictions

À la BNU, Emmanuel Marine a présenté la problématique de la cohabitation des 700 000 visiteurs annuels, comprenant les usagers de la bibliothèque et les visiteurs du musée. Et celle de concevoir des expositions pertinentes avec des collections plutôt destinées à des chercheurs universitaires. En 2014, des travaux ont rendu les réserves visibles, mais ce musée permanent a vite perdu son public : pour qu’un musée vive, il faut un roulement des collections ! Rayonnages statiques ou musée dynamique, il faut choisir. Même constat de la part de Christoph Schmälzle, qui a rapporté l’exemple de la bibliothèque de la maison de Goethe, à Weimar : en restant dans son écrin original, elle est certes belle, mais peu fonctionnelle pour les lecteurs.

La parole a enfin été donnée aux architectes, et à leurs solutions pour valoriser bibliothèque comme musée. Stefan Manciulescu, qui a restructuré le Couvent des Dominicains de Colmar, a par exemple déporté les livres contemporains dans un bâtiment annexe, pour mettre mieux en valeur les livres anciens dans la bâtisse ancienne. Quant à Bruno Gaudin, qui a conçu La Contemporaine, il a opté pour une salle de lecture monumentale, aux intimidants airs de musée, et pour une lumière naturelle dans l’espace muséal qui rappelle les chaleureux salons de lecture. Le tout dans un bâtiment qui a vocation à perdurer dans le temps. Une œuvre muséale et livresque à la fois.

Les dernières
actualités