Manifestation

Quatre membres de l'Académie Goncourt renoncent à se rendre au festival Beyrouth Livres

Quatre membres de l'Académie Goncourt renoncent à se rendre au festival Beyrouth Livres

Dans les coulisses du prix Goncourt 2022 - Photo Olivier Dion

Quatre membres de l'Académie Goncourt renoncent à se rendre au festival Beyrouth Livres

Eric-Emmanuel Schmitt, Tahar Ben Jelloun, Pascal Bruckner et Pierre Assouline ne se rendront pas au festival libanais pour des raisons politiques.

Par Léon Cattan ,
avec AFP Créé le 19.10.2022 à 13h54 ,
Mis à jour le 19.10.2022 à 16h52

Mercredi 19 octobre 2022, le festival littéraire franco-libanais Beyrouth Livres ouvre ses portes. L'événement, qui réunit une centaine d'auteurs francophones vivant à travers le globe, sera aussi l'occasion pour l'Académie Goncourt d'annoncer les quatre finalistes du prix Goncourt 2022. L'Académie au complet doit annoncer son ultime sélection mardi 25 octobre depuis Beyrouth.

Mais selon les organisateurs de Beyrouth Livres, les écrivains Eric-Emmanuel Schmitt, Tahar Ben Jelloun, Pierre Assouline et Pascal Bruckner, tous membres de l'Académie, ne seront pas de la partie. Ils sont rejoints dans leur désistement par l'écrivain franco-libanais Sélim Nassib. Parmi les raisons invoquées, "la situation sécuritaire dans le pays", mais également certains propos du ministre libanais de la Culture, Mohammad Mourtada au sujet des positions politiques de certains participants au festival.

Le 8 octobre 2022, dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux, le politicien reproche leur sionisme à certains auteurs, et affirme sa volonté de les empêcher de "répandre le venin du sionisme" sur le territoire. Aucun écrivain n'est explicitement nommé, mais le post sera supprimé peu de temps après. Quelques jours plus tard, le quotidien Al-Akhbar salue le départ des quatre membres de l'Académie : "Beyrouth tient tête aux sionistes" titre-t-il. 

Malgré ces rebondissements, les organisateurs de Beyrouth Livres maintiendront le festival, qui se donne pour objectif de "remettre en valeur le rôle de Beyrouth comme capitale culturelle" a déclaré à l'AFP Sabine Sciortino, directrice de l'Institut français du Liban. Avant de conclure : "L'Académie Goncourt nous a assuré qu'elle allait honorer l'engagement pris, le président Didier Decoin se déplacera à Beyrouth pour annoncer les finalistes du prix".

Les dernières
actualités