Entretien

Ragnar Jónasson : "Les Français aiment lire et parler de leurs lectures"

Ragnar Jonasson - Photo HARALDUR GUDJONSSON

Ragnar Jónasson : "Les Français aiment lire et parler de leurs lectures"

Le 3 septembre, l'auteur islandais publie Sigló (La Martinière), en avant-première mondiale, pour remercier ses lecteurs français de leur accueil. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 02.09.2020 à 17h37,
Mis à jour le 02.09.2020 à 18h00

Avec Sigló, la sixième enquête d'Ari Thór, à paraître le 3 septembre, Ragnar Jónasson offre une avant-première mondiale à La Martinière, deux mois avant la publication de son roman en Islande. L'auteur a été contraint, pour cause de crise sanitaire, d'annuler sa tournée prévue ce mois-ci en France.

Pourquoi avoir eu envie de publier votre nouveau roman en avant-première en France ? 

J'avais commencé à écrire une nouvelle histoire, sans la terminer. Je suis tellement heureux de l'intérêt que me portent les lecteurs français depuis mon premier livre que j'ai eu envie de faire quelque chose pour eux en retour. Terminer ce roman et le publier d'abord en France est une manière de les remercier. C'était aussi une excuse pour le finir : sans mes lecteurs français, Sigló serait toujours une idée sauvegardée dans mon ordinateur. 

Pour la première fois, un de vos romans est traduit de l'islandais et non de l'anglais...

Et c'est une excellente chose ! Les traducteurs de l'islandais sont peu nombreux et très occupés. C'est d'ailleurs pour cette raison que mes éditeurs britannique et américain, qui voulaient publier Sigló rapidement, traduiront mon roman du français vers l'anglais. C'est la première fois que cela arrive et je trouve cette expérience très intéressante. En tout cas, maintenant que nous avons trouvé un traducteur en France [Jean-Christophe Salaün, NDLR], j'espère qu'il acceptera de traduire mes prochains livres. 

Marie Leroy, votre éditrice française, nous a confié [voir LH Le Magazine, septembre 2020, p.18] que vous étiez "séduit par l'accueil incroyable des lecteurs et libraires français". Cet accueil est-il différent des autres pays ? 

J'ai le sentiment que les Français aiment lire et parler de leurs lectures. Je pense que les auteurs français sont très chanceux. Dans les festivals auxquels j'ai participé, comme Quais du polar, j'ai vu des centaines de personnes attendre pendant des heures pour rencontrer des auteurs, acheter leurs livres et leur faire signer. Ils ne se contentent pas de simplement regarder les couvertures. Je n'ai jamais vu ça ailleurs dans le monde.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités