Sebastian Barry remporte le Costa de l’année 2016 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 02.02.2017 à 17h09 (mis à jour le 02.02.2017 à 18h00) ROYAUME-UNI

Sebastian Barry remporte le Costa de l’année 2016

Sebastian Barry - Photo PHOTO C. HÉLIE © GALLIMARD

Déjà primé par le Costa 2016 du roman, Days without end remporte le Costa de l’année, toutes catégories confondues. Le livre sera publié en 2018 chez Joëlle Losfeld.  
 

Coup double pour l’Irlandais Sebastian Barry : Days without end (Faber & Faber), récompensé par un Costa Award 2016 du roman, a remporté le 31 janvier, à l’unanimité, le Costa de l’année 2016, choisi parmi les lauréats de chacune des catégories (roman, premier roman, livre pour la jeunesse, biographie et poésie). Le livre sera traduit en français en 2018 chez Joëlle Losfeld, éditrice de la quasi totalité de l'œuvre de Barry.

C’est la deuxième fois que Sebastian Barry est couronné par le Costa de l’année, qu’il a déjà remporté en 2008 avec Le testament caché (Losfeld, 2009), également distingué par le Man Booker Prize 2008. Né à Dublin en 1955, Sebastian Barry succède à un autre Irlandais, Seamus Heany, lauréat 1999 avec Beowulf (Faber).

Brutal et terrifiant

"Le livre est brutal, terrifiant, il m’a émue aux larmes. Il fait peur et en même temps offre ces moments fantastiques de lumière, de beauté et d’amitié [qui] entraîne le lecteur depuis les sommets jusqu’aux abîmes de la nature humaine. C’est un livre absolument magnifique, incroyable", a commenté Kate Williams, la présidente du jury. Pour cette historienne, auteure et productrice, parce que le livre "traite de la fondation de l’Amérique, de la façon dont l’Amérique a gagné et de la manière dont le pouvoir corrompt", il prend aussi tout son sens à la lumière de l’actualité américaine et de l'élection de Donald Trump.

Days without end raconte l’engagement de Thomas McNulty, 17 ans, et de son frère d’armes, John Cole, dans l’armée américaine, en 1850, pour combattre dans les guerres indiennes puis dans la guerre civile, témoins et complices des horreurs des combats jusqu’à ce qu’ils croisent une jeune indienne...

Le roman est arrivé devant Golden Hill, de Francis Spufford (Faber & Faber), Costa du premier roman, The bombs that brought us together, de Brian Conaghan (Bloomsbury), Costa du livre pour la jeunesse, Dadland. A journey into uncharted territory, de Keggie Carew (Chatto & Windus), Costa de la biographie, et Falling awake, d’Alice Oswald (Jonathan Cape Poetry), Costa de la poésie.
 
close

S’abonner à #La Lettre