étranger

Suisse : la galère monétaire

Suisse : la galère monétaire

La rade de Genève. - Photo Olivier Dion

Suisse : la galère monétaire

A la veille du Salon du livre et de la presse de Genève, qui se tient du 27 avril au 1er mai, distributeurs et libraires romands estiment avoir réussi à surmonter le gros de l’orage monétaire d’il y a un an. S’appuyant sur une nouvelle génération d’auteurs, plusieurs éditeurs suisses se donnent aussi les moyens d’être plus présents en France.

J’achète l’article 4.5 €

Par Clarisse Normand,
Créé le 22.04.2016 à 01h00 ,
Mis à jour le 22.04.2016 à 10h02

L’effet est trompeur. Selon les statistiques publiées par la Centrale de l’édition, les exportations de livres français vers la Suisse, où elles assurent 80 % de l’activité du secteur, ont augmenté en 2015 de 11,2 %, à 116,5 millions d’euros. Mais cette hausse tranche avec le bilan établi par les diffuseurs-distributeurs et surtout les libraires romands.

Pour Patrice Fehlmann, P-DG de l’OLF, premier distributeur en Suisse romande avec plus de 70 % du marché, "2015 se solde par une activité plus ou moins étale, ce qui est le signe d’une belle résistance dans un contexte mouvementé".

Librairie Payot, Lausanne.- Photo OLIVIER DION

Selon Pascal Vandenberghe, P-DG de Payot, premier libraire de Suisse romande avec 11 points de vente, "c’est une baisse de 5 % du chiffre d’affaires qui a été enregistrée l’an dernier, à périmètre stable. Le différentiel par rapport aux chiffres d’exportations montre que les éditeurs français, certains tout au moins, n’ont pas hésité à faire du bénéfice sur le dos de la Suisse en profitant des effets de change et de l’appréciation du franc suisse qui, dans le même temps, déstabilisait notre marché. Est-ce normal ?" Le 15 janvier 2015, en effet, la Banque nationale suisse provoquait un choc monétaire en abandonnant le cours plancher du franc suisse, à 1,20 face à l’euro. La devise helvétique s’appréciait aussitôt de 20 %.

"On serre les dents"

Depuis, tous les éditeurs et diffuseurs ont fini par prendre des mesures pour aider les libraires romands à maintenir, par des baisses de prix, leur compétitivité, tout en limitant leur baisse de marge. "Nos fournisseurs ont fait des efforts, reconnaît Marie Musy (Librairie du Midi, à Oron), mais parfois très tardivement. Alors que le choc monétaire a eu lieu en janvier, c’est en septembre que les dernières mesures ont été prises, notamment chez Hachette." A la tête depuis 2004 de la librairie de 130 m2 située dans un village de 5 000 habitants, elle annonce pour 2015 une baisse de 15 % de son chiffre d’affaires, "équivalente à la baisse moyenne des prix de vente". "On serre les dents et on se bouge", lance l’énergique libraire, qui prépare le premier festival de littérature américaine en Suisse romande. "Petit frère du Festival America", L’Amérique à Oron s’organisera du 15 au 17 septembre prochain autour de la venue de cinq auteurs : Joseph Boyden, Pete Fromm, David James Poissant, Peter Heller et Dan O’Brien.

A Sion, Françoise Berclaz (La Liseuse), qui enregistre pour 2015 un recul d’activité de 10 % en valeur et de 3 % en volume, "serre les dents" également car "le climat est morose". Confronté à la fois "au tsunami monétaire" et à "l’ouverture en mars 2015 d’une grande librairie Payot à Genève", Damien Malfait (Librairie du Boulevard, à Genève) annonce lui aussi une baisse de chiffre d’affaires à deux chiffres, mais un maintien du résultat dans le vert "grâce aux économies réalisées et aux efforts de nos fournisseurs".

A Genève, où il a finalisé l’an dernier le repositionnement de l’offre Payot avec un magasin de 300 m2 sur la rive droite et un autre de 1 800 m2 sur la rive gauche du Rhône (1), Pascal Vandenberghe annonce une hausse de son activité en volume, comprise selon les mois entre + 20 et + 40 % par rapport à ce qu’elle était en 2013, avant le repositionnement. Il estime avoir gagné quelque 30 % du marché local, notamment sur la Fnac, dont deux des cinq magasins en Suisse sont implantés à Genève. Restée injoignable, la Fnac ne commente pas.

Plus d’un an après le choc monétaire, nombre de professionnels admettent en tout cas que les dégâts ont été moindres que ce qu’ils craignaient, car la clientèle n’a pas trop déserté les magasins. Depuis quelques mois, la stabilisation du franc suisse face à l’euro, à un taux modéré d’environ 1,1, laisse penser que le gros de l’orage est passé. A l’instar de Jean-Baptiste Dufour, directeur du diffuseur-distributeur Servidis, beaucoup reconnaissent que les tensions sont bien moins fortes que l’an passé, même si l’année débute mollement.

Côté éditeurs, la tonalité est même loin d’être négative. Ceux qui n’exportent pas ont échappé aux problématiques de change, et, parmi eux, deux petites maisons ont été dopées par la parution en 2015 d’un best-seller inattendu. Faim de siècle ne cesse de réimprimer, depuis sa sortie en juin, Une rose et un balai de Michel Simonet, premier roman d’un cantonnier fribourgeois (voir encadré ci-dessous). Et Plaisir de lire annonce pour Le dragon du Muveran, premier roman de Marc Voltenauer, paru en octobre 2015, près de 9 000 exemplaires vendus. Chez les éditeurs qui exportent vers l’Hexagone, des baisses de prix destinées à limiter l’impact du change ont parfois pesé sur le chiffre d’affaires. Nombre d’entre eux se déclarent satisfaits de l’exercice écoulé. C’est le cas de Francine Bouchet, à La Joie de lire, et de Caroline Couteau, qui annonce même pour Zoé une hausse de 15 % du chiffre d’affaires. Aux éditions de l’Aire, moins présentes en France, Michel Moret évoque une progression de 10 %. Et à La Baconnière, Laurence Gudin, qui a repris la maison il y a trois ans, affiche un doublement de l’activité. Ces performances témoignent d’un nouveau dynamisme éditorial qui accompagne depuis quelques années l’émergence d’une nouvelle génération d’auteurs et d’éditeurs.

Nouvelles aides publiques

Parmi les éléments positifs, Gabriel de Montmollin, président du conseil d’administration de Labor et Fides, salue également les récentes initiatives politiques en faveur du livre, à commencer par le dispositif d’aides adopté pour la période 2017-2020 à l’échelle de la Confédération. 1,8 million de francs suisses (1,6 million d’euros) sont à répartir entre les trois zones linguistiques. "Pour la première fois, certaines maisons d’édition pourront bénéficier d’un soutien structurel de la part de la Confédération, se félicite Gabriel de Montmollin. C’est une reconnaissance de la dimension culturelle du livre par un pays de tradition libérale."

Par ailleurs, à côté des soutiens octroyés par certaines villes et certains cantons, une conférence intercantonale a permis de dégager, à partir de 2017, de nouvelles aides pour le livre et la promotion de la lecture, qui laissent espérer, selon Jacques Scherrer, secrétaire général de l’Association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires (Asdel), le développement à terme d’une vraie politique du livre à l’échelle romande.

Pour l’heure, les libraires attendent surtout, depuis qu’il a été adopté par les deux chambres, l’entrée en vigueur du projet de modification de la loi sur la TVA taxant dès le premier franc suisse tout achat réalisé auprès des sites internet dont le CA est supérieur à 100 000 francs (alors qu’aujourd’hui le consommateur est exempté de TVA si celle-ci est inférieure à 5 francs). Quant aux grands diffuseurs français, ils attendent toujours la décision du Tribunal administratif fédéral concernant la condamnation émise à leur encontre par la Commission de la concurrence (Comco), en raison des niveaux de tabelles (surcoûts facturés par les diffuseurs-distributeurs) entravant la concurrence.

(1) Voir LH 1035 du 27.3.2015, p. 20-21.

La Suisse en chiffres

Répartition du marché suisse romand

1,8 million d’habitants en Suisse romande

200 millions d’euros de livres vendus dans l’année en Suisse romande (estimation)

120 maisons d’édition (estimation), majoritairement des petites voire très petites structures

60 librairies (estimation)

116,5 millions d’euros de livres français exportés en Suisse en 2015 (Source : Centrale de l’édition)

10 millions d’euros de livres romands importés en France en 2015 (Source : Centrale de l’édition)

Des Romands pour la France

Avec un marché intérieur de 1,8 million d’habitants, soit à peine 3 % du marché français, les éditeurs romands se mettent vite à lorgner sur l’Hexagone. "Il est quasiment impossible pour un éditeur francophone désireux de vivre de son métier de n’être que sur le marché romand", lance Laurence Gudin, qui a repris en 2013 La Baconnière, diffusée en France par Les Belles Lettres.

Reste que le passage de frontière est ardu. "Il y a un mur que symbolise le Jura, confirme Caroline Couteau, directrice de Zoé. Diffusée par Harmonia Mundi, notre maison est connue en France, mais essentiellement à travers les titres de Nicolas Bouvier et d’Agota Kristof. Il est en revanche très difficile de susciter l’intérêt autour d’un auteur romand s’il n’a pas une notoriété particulière." Laurence Gudin constate aussi qu’il est plus facile d’intéresser le marché français "avec des traductions d’auteurs étrangers qu’avec des auteurs francophones romands".

Bien que compliqué, l’accès au marché hexagonal n’est toutefois pas bloqué. Forte de l’historique de la maison qu’elle a reprise en 2011, Caroline Couteau a décidé de profiter des 40 ans de Zoé pour lancer une grande opération de promotion auprès des libraires français. "Nous avons édité un petit texte de Charles Ferdinand Ramuz, Lettre à Bernard Grasset, son éditeur, où l’auteur s’explique sur son écriture. Et nous invitons les libraires à l’offrir à leurs clients. Surtout, depuis l’automne, nous développons avec eux des liens personnalisés, et cela paie. Une demi-douzaine d’entre eux, dont L’Ecume des pages à Paris et Mollat à Bordeaux, ont déjà mis en avant notre production grâce à des tables ou des vitrines."

De taille plus modeste, les Editions d’en bas, qui fêtent également leurs 40 ans, se donnent de même les moyens d’augmenter leur présence en France. Elles ont récemment rejoint le distributeur Pollen, et leur directeur, Jean Richard, souhaite s’appuyer sur des partenariats avec des institutions culturelles françaises pour nouer des liens avec les libraires. Surtout, pour pénétrer le marché hexagonal, il espère bénéficier de la dynamique du collectif qu’il a créé avec ses cinq confrères, d’Hélice Hélas, Olivier Morattel éditeur, La Baconnière, L’Age d’homme et Art&fiction (voir article p. 19).

Un nouveau souffle littéraire

 

La Suisse romande voit émerger ces dernières années en littérature de nouvelles voix, soutenues par une nouvelle génération d’éditeurs.

 

Guy Chevalley, Olivier Morattel éditeur- Photo OLIVIER MORATTEL ÉDITEUR

Fort d’une expérience de presque cinquante ans dans l’édition, Michel Moret, fondateur des éditions de l’Aire, se dit frappé par "l’émergence, depuis quelques années, d’une nouvelle génération d’auteurs et d’éditeur en Suisse romande". A côté des reprises de Zoé par Caroline Couteau, de L’Age d’homme par la fille de son fondateur, Andonia Dimitrijevic, de La Baconnière par Laurence Gudin, ou encore de Paulette par Noémi Schaub et Guy Chevalley, sont apparues ces dernières années de nouvelles maisons comme Olivier Morattel éditeur, Hélice Hélas ou Torticolis et frères. A la tête de ces entreprises, dont certaines, en particulier les plus récentes, sont des microstructures, se trouvent des jeunes gens qui se distinguent de leurs aînés par leur décomplexion vis-à-vis de leur identité suisse.

Xochitl Borel, L’Aire - Photo ALOIS GUTIÉRREZ/L’AIRE

Cette décomplexion est largement portée par les auteurs eux-mêmes avec l’apparition de jeunes voix parmi lesquelles se distinguent celles d’Arthur Brügger, de Guy Chevalley, d’Anne-Sophie Subilia, de Xochitl Borel, de Sarah Chardonnens ou encore de Matthieu Ruf. Le succès de Joël Dicker a aussi porté un coup de projecteur sur la création romande. "Quelque chose est en train de se passer en littérature, observe aussi Caroline Couteau. C’est toujours un peu difficile à expliquer, mais je crois que la création en 2006 à Bienne de l’Institut littéraire suisse, dévolu à l’apprentissage de l’écriture, et, dans le même temps, le développement du collectif AJAR, réunissant de jeunes auteurs romands, ont créé un contexte d’émulation et de créativité qui porte ses fruits."

Six éditeurs regroupés

Arthur Brügger, Zoé- Photo YVONNE BÖHLER / EDITIONS ZOÉ

Au-delà des textes eux-mêmes, la nouvelle génération d’écrivains et d’éditeurs suisses a aussi bien compris l’intérêt de jouer la carte de l’événementiel pour promouvoir sa production. Considérant que l’union fait la force, six éditeurs, L’Age d’homme, les éditions d’En bas, Art&fiction, Olivier Morattel éditeur, Hélice Hélas et La Baconnière, ont même créé un collectif baptisé Le Cran littéraire. Visant à développer, en partenariat avec le cinéma Bellevaux à Lausanne, une programmation régulière de performances littéraires autour des catalogues de ses membres, le collectif a également ouvert, en décembre dernier à Lausanne, une librairie servant aux six éditeurs de vitrine auprès du public romand. Installé dans les locaux de l’ancienne librairie La Proue, occupés ces dernières années par une librairie spécialisée religieuse qui a tiré sa révérence, ce nouvel espace leur offre aussi un lieu pour accueillir leurs événements.


Les dernières
actualités