International

Un mandat d'arrestation lancé contre l'écrivain nicaraguayen Sergio Ramirez

Photo WIKIMEDIA COMMONS

Un mandat d'arrestation lancé contre l'écrivain nicaraguayen Sergio Ramirez

L'écrivain nicaraguayen est accusé d'"incitation à la haine" et de "conspiration". 

Par Thomas Faidherbe,
avec AFP,
Créé le 10.09.2021 à 17h30,
Mis à jour le 10.09.2021 à 18h00

Au Nicaragua, le tournant autoritaire du président Daniel Ortega se poursuit. La justice du pays d'Amérique centrale a demandé l’arrestation de l’écrivain Sergio Ramirez, Prix Cervantes 2017, la distinction la plus importante du monde littéraire espagnol, pour "conspiration", selon des sources judiciaires, mercredi 8 septembre.

L'ancien collaborateur du président est accusé d'"incitation à la haine" et de "conspiration", des chefs d'accusation souvent utilisés à l'encontre d'opposants ou de candidats à l'élection présidentielle, prévue en novembre. Il a également été accusé d'avoir reçu des fonds de la Fondation Violeta Barrios de Chamorro, qui porterait atteinte à la souveraineté du pays et de blanchiment d'argent selon les autorités.

L'acte d'accusation a été signifié mardi à l'écrivain, en rupture depuis 1995 avec le Front sandiniste de libération nationale du président Ortega. Sergio Ramirez a quitté le Nicaragua en juin après avoir été entendu comme témoin dans le cadre de l'enquête sur la Fondation Violetta Barrios de Chamorro. Il est également accusé d'avoir reçu de l'argent de la Fondation Luisa Mercado, entité de promotion de la culture, dans le but de "déstabiliser" le pays, selon le parquet du Nicaragua. 

Sergio Ramirez, 78 ans, a été membre du gouvernement après la prise du pouvoir par les sandinistes en 1979. Il avait occupé les fonctions de vice-président pendant le premier mandat de Daniel Ortega (1985-1990). Auteur des roman Il pleut sur Managua (Métailié, 2011), Retour à Managua (Métailié, 2019) et Châtiment divin (Denoël,1994), il a été notamment récompensé par le prix Alfaguara en 1998 pour Margarita, la mer est belle. 

Au Nicaragua, une répression politique importante   

Le gouvernement nicaraguayen a déjà accusé d'atteinte à la souveraineté ou de complot contre l'Etat quelque 34 opposants dont sept candidats à la présidence, en vertu de lois approuvés en décembre par le parlement.

A deux mois de l'élection présidentielle en novembre, la justice du Nicaragua a déjà renvoyé devant un tribunal plus de 20 opposants arrêtés, dont cinq prétendants à la présidence, y compris la candidate Cristiana Chamorro, présidente de la Fondation Chamorro, qui porte le nom de sa mère Violetta Barrios de Chamorro. Cette dernière avait été élue présidente en 1990 avant que M. Ortega, 75 ans, ne revienne au pouvoir en 2007.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités