Bande dessinée

Une exposition sur les femmes et la BD en préparation à Londres

Photo © LAURA CALLAGHAN

Une exposition sur les femmes et la BD en préparation à Londres

En pleine polémique sur l'absence de femmes dans la sélection du Grand Prix du festival d'Angoulême, la Maison de l'illustration de Londres prépare une exposition consacrée à l'histoire de la BD féminine. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
avec AFP,
Créé le 07.01.2016 à 14h07,
Mis à jour le 07.01.2016 à 18h40

Alors que Franck Bondoux, délégué général du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (FIBD), a annoncé mercredi 6 janvier que le jury du Grand Prix du FIBD allait élargir sa liste de sélectionnés, suite aux accusations de sexisme, une exposition se prépare à Londres pour combattre "le cliché" voulant que "les femmes jouent un rôle limité dans le monde de la BD"

Intitulée 100 Women Making Comics, cette exposition prévue depuis plusieurs semaines se déroulera du 5 février au 15 mai à la Maison de l'illustration (House of Illustration), une organisation caritative située dans le quartier de King's Cross.

Selon les organisateurs sur le site officiel, il s'agira de la "plus grande exposition" jamais organisée au Royaume-Uni sur l'histoire de la BD féminine. Les femmes ont été présentes "tout au long de l'évolution" de la BD, poursuivent-ils, constituant une "minorité prolifique" à l'origine de "certaines des œuvres les plus provocatrices et influentes" de cet art.
 
L'exposition explorera "l'extraordinaire variété" de la production féminine, avec des œuvres de dessinatrices contemporaines comme Posy Simmonds ou Kate Charlesworth, mais aussi de pionnières de la BD, comme Marie Duval (XIXe siècle).

Une plus grande reconnaissance
 
Dans l'histoire de la BD, la contribution des femmes a "tendance à être négligée ou marginalisée, de manière accidentelle ou non", regrettent Paul Gravett et Olivia Ahmad, responsables de l'exposition.
 
"Ces femmes méritent une plus grande reconnaissance", ont-ils déclaré à l'AFP, regrettant qu'aucune femme n'ait été, initialement, retenue parmi les auteurs en lice pour le Grand Prix du Festival international de la bande dessinée (FIBD) d'Angoulême, prévu fin janvier.
 
" Il est surprenant et triste qu'une telle chose puisse se produire en France" en 2016, ont ajouté Paul Gravett et Olivia Ahmad.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités