Librairie

Une librairie parisienne lance un boycott contre Amazon

Venues fêter le 25e anniversiare de la librairie Abbey Bookshop à Paris, une centaine de personnes ont lu le "Serment des Indépendants" jeudi 3 juillet au soir. - Photo SARAH BUSILLET

Une librairie parisienne lance un boycott contre Amazon

Acheter sur Amazon nuit gravement à la librairie indépendante, et à la liberté du marché du livre en général. Tel est le message transmis par la librairie parisienne Abbey Bookshop à travers son "Serment des Indépendants".

J’achète l’article 1.50 €

Par Souen Léger,
Créé le 07.07.2014 à 18h32,
Mis à jour le 08.07.2014 à 11h39

Sur fond de tensions avec les éditeurs et de grogne des auteurs, la fronde contre Amazon ne faiblit pas, y compris en France où la loi dite "anti-Amazon" a été définitivement adoptée le 27 juin. À Paris, la librairie canadienne Abbey Bookshop (5e arrondissement) lance même un appel au boycott baptisé le "Serment des Indépendants". Lancé jeudi 3 juillet à l’occasion du 25e anniversaire de l’établissement, le mouvement compte déjà une soixantaine d'adhérents.

Au début, Amazon était une bénédiction... Mais désormais, au lieu de libérer l’accès aux livres, il le rend plus difficile et essaye d’avoir une mainmise sur les éditeurs Brian Spence, librairie Abbey Bookshop

"Depuis quelques temps, nous nous demandons ce que nous pouvons faire pour sensibiliser les lecteurs à notre situation, pour ne pas laisser croire que les librairies indépendantes peuvent vivre si les gens soutiennent un site comme Amazon", explique Brian Spence, directeur et fondateur d’Abbey Bookshop. "L’idée est aussi que les gens se reconnaissent entre eux comme faisant partie d’un groupe qui est prêt à payer un peu plus cher pour préserver la liberté à l’intérieur de l’industrie du livre", poursuit-il.
 
D’après le communiqué, "prêter le "Serment des Indépendants", c’est s’engager à ne pas acheter de livres chez Amazon et ses succursales, et à privilégier les librairies indépendantes à d’autres sources. En échange de ce serment, les clients bénéficieront de la remise légale maximum (5 %) entre autres avantages, ainsi que de l’aide dans leur recherche d’alternatives à Amazon". Une fois le serment accepté, chaque membre reçoit une petite carte certifiant son accord.

Non, Amazon n’est pas indispensable, il y a tout un travail d’éducation à faire sur les alternatives existantes Brian Spence, librairie Abbey Bookshop
Si l’initiative a reçu de nombreux soutiens, notamment outre-Atlantique avec la librairie Clinton Book Shop dans le New Jersey, certains se sont défilés, craignant des représailles de la part du cybermarchand. Ainsi, lorsque Brian Spence a proposé à un ami auteur d’adhérer au serment, celui-ci a refusé, expliquant que cela pouvait avoir des conséquences sur la mise en valeur de ses ouvrages sur le site marchand.
 
"Au début, Amazon était une bénédiction, il a démocratisé l’industrie du livre. Mais désormais, au lieu de libérer l’accès aux livres, il le rend plus difficile et essaye par ailleurs d’avoir une mainmise sur les éditeurs", estime Brian Spence en citant le conflit qui oppose toujours le géant de la vente en ligne à Hachette aux États-Unis. Pour le libraire, c’est non seulement la survie des commerces de proximité qui est en jeu – le nombre de librairies dans le Quartier latin est par exemple passé de 225 à 110 entre 2000 et 2012 – mais aussi la diversité et l’intégrité du marché du livre. Et de conclure : "Non, Amazon n’est pas indispensable, il y a tout un travail d’éducation à faire sur les alternatives existantes".





Commentaires (9)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
B

Bernard Giroud

il y a 6 ans à 08 h 33

Côté auteur, c'est surtout vrai pour la forme papier. Mais dès que l'on parle "auteur indépendant" et ebook, il n'existe pas (à ma connaissance) d'alternative valable. En particulier, essayez d'aller chez un petit libraire à la campagne pour acheter un Ebook mobi pour votre Kindle...


l

librairie du golfe

il y a 6 ans à 09 h 30

C est évidant kindle est le format Amazon. C est bien le but d Amazon faire disparaitre libraires et éditeurs pour verrouiller l ensemble de la chaine du livre . Vous en etes deja une victime


l

le libraire Masqué

il y a 6 ans à 09 h 33

Oui c'est sûr pour votre kindle, qui est macqué Amazon, personne ne peut rien vendre pour ce format, que Amazon, mais il y en à d'autres et votre exemple n'est pas pertinent, car un client qui veut acheter un ebook dans une petite librairie à la campagne, c'est du domaine de la rareté voire de l'impossible, le client ebook achète et télécharge sur le net, et peut le faire sur les sites des libraires qui ont Epagine, Numilog, ou TEA, et il y à surtout leslibraires.fr, où vous pouvez tout trouver, alors le petit libraire à la campagne pour un ebook! Laissez-moi rire!


Z

Zebook

il y a 6 ans à 09 h 29

Bonjour, Le lecteur n'est pas obligé de se conformer aux rentrées littéraires identiques d'année en année, ni aux rayons similaires des librairies. Santé, cuisine, Musso, Pancol, Taschen, Hunger Games, 50 shades sont certes des références, mais pas pour tout le monde ! Si la lecture est un parcours personnel, une vraie aventure et une découverte quotidienne, il arrive un moment où le libraire traditionnel ne peut répondre aux innombrables demandes : livres épuisés, thématiques précises, de surcroit en langue étrangère... Alors pourquoi Amazon et les librairies indépendantes ne seraient pas complémentaires ? Pour travailler depuis 25 ans dans le domaine du livre, j'ai vu des librairies de quartiers disparaître à cause de luttes intestines et pour écraser le libraire d'en face bien avant l'apparition d'internet.


l

librairie du golfe

il y a 6 ans à 09 h 36

Bonjour il existe d autre sites comme leslibraires.fr qui sont aussi efficaces et qui ont plus de livres en stock qu' Amazon . C est impossible pour un libraire independant de travailler avec un partenaire qui ne pense qu' a vous detruire .


l

le libraire Masqué

il y a 6 ans à 09 h 41

Vous ne devez pas fréquenter beaucoup les librairies pour faire ce type de remarque. Quant à la complémentarité avec Amazon? Comment être complémentaire avec un site venu d'outre atlantique, avec de procédés inqualifiables, pratiquant le dumping économique et social, l'optimisation fiscale à outrance, vous rêvez! Il y a bien des sites de libraires ou de groupement qui sont eux complémentaires et offrent autant sinon plus de références en livres que l'Américain. Et merci de na pas mélanger les torchons et les serviettes, avec votre exemple peu pertinent sur les "luttes intestines" dans la librairie, rien de semblable aux méthodes d'écrasement à grande échelle d'Amazon!


Z

Zebook

il y a 6 ans à 10 h 17

Je vous sens remonté, mais la question à se poser est pourquoi Amazon fonctionne ? Parce qu'ils ont des procédés inqualifiables ? Parce qu'ils pratiquent le dumping économique et social, l'optimisation fiscale à outrance ? Ou parce qu'ils ont des qualités et des services que ne possèdent pas (plus ?) les libraires actuels ? Et que dites vous de cette grande librairie de la région lyonnaise présente sur Priceminister ? Vous chercherez le nom si vous ne le connaissez pas. Au fait, j'achète des livres toutes les semaines, aussi bien sur Amazon uk, de, fr que chez mon libraire ou mon bouquiniste du coin, et même chez Emmaüs...


S

Sylve

il y a 6 ans à 12 h 20

Pensez aux petits bled où il n'y a pas de librairie... il me faudrait prendre le bus jusqu'à "la ville" A Paris j'allais chez le libraire, ici il n'y a qu'un marchand de journaux qui a quelques poches Best-sellers et encore. Alors pour moi Amazon c'est bien pratique. Désolée d'en être arrivée là !


L

LETTRES VIVES

il y a 6 ans à 13 h 26

Bien sûr qu'il y a un intérêt à la vente en ligne pour certains territoires ruraux ou pour des personnes pour lesquelles les déplacements sont compliqués ! Mais on n'est pas obligés d'acheter chez celui qui se comporte le plus mal d'un point de vue social, fiscal, et même moral. Et qui d'un point de vue économique a l'ambition affichée d'éliminer toute concurrence pour pouvoir ensuite imposer ses conditions aux éditeurs et aux lecteurs. Les librairies sont nombreuses à vendre en ligne, de manière indépendante ou à travers des sites collectifs, ou par téléphone avec quelqu'un (oui ! oui ! une vraie personne pas trop loin de chez vous) qui vous parle, vous écoute et vous renseigne, et qui essaie de faire vivre, sinon votre ville ou village, mais en tout cas la ville d'à côté. Il s'agit juste de bien choisir qui vous rend le service. Le même service. Au même prix.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités