Vanessa Springora invitée de "La Grande Librairie" | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 03.01.2020 à 17h43 (mis à jour le 03.01.2020 à 18h00) Télévision

Vanessa Springora invitée de "La Grande Librairie"

Vanessa Springora. - Photo OLIVIER DION

L’éditrice présentera son premier roman, Le consentement, dans lequel elle raconte sa relation sous emprise avec l’écrivain Gabriel Matzneff.

La directrice des éditions Julliard, Vanessa Springora, sera l’invitée de l’émission "La Grande Librairie", mercredi 8 janvier à 20h50, sur France 5, afin de parler de son premier roman, Le consentement. Paru le 2 janvier chez Grasset, l’ouvrage relate la relation sous emprise entre l’éditrice et l’écrivain Gabriel Matzneff dans les années 1980. Elle était âgée de 14 ans, lui de 50 ans.
 
Le livre fait l’effet d’une bombe dans le milieu littéraire, dont une partie est accusée d’avoir fermé les yeux sur les agissements de l’écrivain, connu pour avoir défendu les relations entre adultes et enfants.
 
Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire pour viols sur mineurs de moins de 15 ans. Les investigations s’attacheront "à identifier toutes autres victimes éventuelles ayant pu subir des infractions de même nature sur le territoire national ou à l’étranger", a annoncé le procureur de la République de Paris Rémy Heitz.

"Une triple prédation"

Gabriel Matzneff s’est pour sa part défendu dans une longue lettre envoyée à l’hebdomadaire L’Express. "Je ne mérite pas [cet] affreux portrait, dénigreur, hostile, viré au noir," a écrit l’auteur des Moins de seize ans. Il évoque même l'"exceptionnel amour" qu'auraient vécu les deux amants.
 
L’éditrice s’est pour sa part exprimée plusieurs fois dans les médias, soulignant le caractère "traumatique" de sa relation avec l’écrivain. "J’ai mis beaucoup de temps à me considérer comme une victime car justement j’avais été consentante", a-t-elle déclaré dans l’Obs, estimant avoir subi "une triple prédation, sexuelle, littéraire et psychique".

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre