Subvention

Le CNL demande la suppression de l'aide versée à Gabriel Matzneff

Gabriel Matzneff. - Photo O. DION

Le CNL demande la suppression de l'aide versée à Gabriel Matzneff

L'écrivain, qui fait l'objet d'une enquête pour viols sur mineurs de moins de 15 ans au lendemain de la publication du Consentement de Vanessa Springora chez Grasset, touchait une allocation annuelle depuis 2002 de la part du CNL. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
avec Le Monde,
Créé le 03.01.2020 à 17h27,
Mis à jour le 03.01.2020 à 22h30

Vincent Monadé, président du Centre national du Livre (CNL), a proposé à Franck Riester, ministre de la Culture, d'annuler l'allocation destinée aux écrivains en difficulté versée à Gabriel Matzneff depuis 2002, révèle Le Monde. Cette annonce intervient quelques heures après l’ouverture d’une enquête pour "viols commis sur mineurs" de moins de 15 ans par le parquet de Paris à l'encontre du romancier.
 
L’allocation annuelle versée aux auteurs dont Gabriel Matzneff est bénéficiaire "a pour objet de pallier les difficultés financières chroniques ou de moyen terme liées au grand âge ou à la maladie d’auteurs dont l’œuvre a incontestablement contribué au rayonnement de la littérature d’expression française", selon un document disponible sur le site du CNL.

Cette aide est destinée aux auteurs âgés de plus de 65 ans et qui ont été bénéficiaires d'une bourse à l'écriture. Ce fut le cas de Gabriel Matzneff jusqu'en 2002. Fixée en fonction des revenus, l’allocation publique reçue par le romancier "a d’abord été de 12000 euros par an, ramenés à partir de 2013 à 6000 euros annuels. Elle venait compléter le minimum vieillesse de quelque 10400 euros que M. Matzneff touche chaque année, ainsi que les droits d'auteur versés par ses éditeurs, et ceux que lui verse Le Point, qui lui commande de temps à autre des chroniques", précise Le Monde.
 
Franck Riester avait annoncé sur Twitter le 28 décembre son souhait que le CNL lui fournisse "toutes les précisions" sur la situation de l’écrivain avant de prendre ses responsabilités. Il avait par ailleurs apporté son soutien "à toutes les victimes qui ont le courage de briser le silence".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités