Prix littéraires

Virginie Despentes démissionne de l'académie Goncourt

Virginie Despentes à la table des Goncourt. - Photo OLIVIER DION

Virginie Despentes démissionne de l'académie Goncourt

Membre du jury de la plus prestigieuse récompense littéraire depuis 2016, Virginie Despentes invoque "un manque de temps pour écrire", plusieurs projets d'écriture ayant "pris du retard".

Par Isabel Contreras,
Créé le 06.01.2020 à 14h42,
Mis à jour le 06.01.2020 à 15h17

L'écrivaine Virginie Despentes démissionne de l'académie Goncourt en invoquant "un manque de temps pour écrire", a annoncé l'institution dans un communiqué daté du lundi 6 janvier.
 
"J’ai aujourd’hui un problème simple: je manque de temps pour écrire. J’avais, en acceptant de rejoindre l’académie, à la fois surestimé mes capacités de travail et sous-estimé l’engagement que le jury requiert... J’ai plusieurs projets d’écriture qui ont pris du retard, dont je veux désormais faire ma priorité", écrit Virginie Despentes dans une lettre adressée à l'académie ce 6 janvier.

A la place laissée par Régis Debray depuis 2016, l'auteure de 50 ans annonce par la même occasion son déménagement à Barcelone, ville dans laquelle elle a vécu par le passé, pour "travailler sans que le calendrier académique m'impose des va-et-vient réitérés avec Paris".
 
Rappelant son travail parmi les Goncourt, l'écrivaine évoque une expérience "exceptionnelle, sur le plan humain comme sur le plan littéraire". Elle salue "la grande ouverture d'esprit avec laquelle (les académiciens) ont accueilli mes avis". "J'ai aimé l'odeur d'encre qui a envahi mon bureau au fur et à mesure que les livres s'y accumulaient", détaille-t-elle.

Prix Renaudot pour Apocalypse bébé (Grasset), Virginie Despentes était la benjamine du jury. Auteure de la trilogie à succès, Vernon Subutex, elle avait également siégé au Femina pendant un an avant d'intégrer l'académie Goncourt. 

"Une compagne épatante"

"Elle va sincérement me manquer", a réagi le secrétaire général de l'académie, Didier Decoin, avant de poursuivre : "Virginie Despentes a été une compagne épatante, très modeste. Elle nous a ouvert à de nouveaux horizons en suggérant ses idées. Si elle a fait un travail remarquable, il faut qu'elle se consacre désormais à son oeuvre, c'est le plus important."

L'académie Goncourt vit des bouleversements depuis l'annonce, le 3 décembre, du départ du président Bernard Pivot. La présidence sera reprise par l'un des huit membres actuels de l'académie: Pierre Assouline, Tahar Ben Jelloun, Françoise Chandernagor, Philippe Claudel, Paule Constant, Didier Decoin, Patrick Rambaud ou Eric-Emmanuel Schmitt. Par conséquent, deux nouvelles personnalités viendront remplacer le membre du jury devenu président et la place laissée par Virginie Despentes.  

A partir du 1er janvier, la vice-présidente de l'académie Goncourt, Françoise Chandernagor, assure la présidence par intérim jusqu'à la date de l'élection, fixée au 20 janvier.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités