65% des libraires comptent reprendre l'activité normalement | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, avec I+C, le 04.05.2020 à 15h48 (mis à jour le 04.05.2020 à 18h43) Sondage

65% des libraires comptent reprendre l'activité normalement

La librairie Ici à Paris. - Photo OLIVIER DION

Les librairies de 1er niveau, les plus touchées par le confinement, sont aussi celles qui comptent le plus sur la solidarité nationale et interprofessionnelle en faisant appel aux différentes aides publiques.

Entre 15% et 29% des libraires et responsables de rayons livres au sein des hypermarchés et grandes surfaces culturelles ont demandé ou ont l'intention de demander à bénéficier des dispositifs d'aides mis en place par l'Etat, les collectivités territoriales ou l'interprofession, d'après un sondage réalisé par Xerfi/I+C pour Livres Hebdo (méthodologie dans le document à télécharger ci-contre).

Les librairies de 1er niveau, les plus touchées par la crise avec une perte de revenus de 17,5% au premier trimestre 2020, ont majoritairement l'intention de recourir à ces dispositifs. La moitié d'entre elles ont demandé ou comptent demander l'aide du ministère de la Culture et du CNL, de l'adelc, des collectivités territoriales et de la garantie de prêt par l'Etat assurée par Bpifrance. Cette dernière est l'aide la plus plébiscitée par les acteurs de la distribution : 29% d'entre eux y ont eu recours ou souhaitent y recourir, devant les aides territoriales (28%), celles du CNL (23%) et de l'Adelc (15%, notamment parce que les hypermarchés n'y ont pas accès).

Les conditions de la relance

Dans l'ensemble, des libraires aux hypermarchés, 66% des commerçants anticipent une perte de chiffre d'affaires allant de 20% à plus de 40% sur l'ensemble de l'année 2020. Les librairies de second niveau et grands magasins sont les plus pessimistes : 33% d'entre eux envisagent un recul de plus de 40% de leur chiffre d'affaires sur l'année. Un peu plus de la moitié des libraires de 1er niveau jugent, pour leur part, que leur baisse de chiffre d'affaires sera contenue entre 20% et 40%.

Cependant, 65% des librairies répondantes comptent reprendre leur activité dans la même configuration qu’auparavant, même si cette proportion est plus faible chez les libraires de 1er niveau (52%) et de 2e niveau (49%). 43% des libraires de 1er niveau pensent reprendre l’activité dans une configuration allégée (équipe réduite, horaires allégés,…).

Alors que la date fatidique du 11 mai approche, les commerces souhaitent mettre en place les meilleures conditions pour une reprise réussie. Pour les trois quarts des acteurs de la vente de livres, les éditeurs doivent réduire leur production pour assurer une saine relance. Cette proportion monte à 92% chez les libraires de 1er niveau.
 
close

S’abonner à #La Lettre