Le marché du livre a chuté de 33% en mars | Livres Hebdo

Par Fabrice Piault, le 27.04.2020 à 11h00 Baromètre mensuel

Le marché du livre a chuté de 33% en mars

Photo OLIVIER DION.

Contraintes de fermer au milieu du mois de mars en raison des mesures de confinement, les librairies de premier niveau sont les plus touchées par l'effondrement de l'activité, d'après notre baromètre mensuel Livres Hebdo/Xerfi I+C.

Après une hausse de 6% en février, les ventes de livres ont chuté de 33% en euros courants en mars (-33,6 % en volume, compte-tenu de l'évolution des prix du livre), d'après notre baromètre mensuel Livres Hebdo/Xerfi I+C qui révèle un effondrement du marché du livre sensiblement plus important que celui de l'ensemble du commerce qui, toutes catégories confondues, s'inscrit à -22,2%.

Principalement provoqué par la fermeture, mi-mars, des librairies physiques, décidée par le gouvernement dans le cadre des mesures de confinement prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19, l'affaissement de l'activité touche en premier lieu les librairies générales de 1er niveau (-54%), ainsi que, dans une moindre mesure, les librairies de 2e niveau (-45%) dont une partie, qui vendent aussi des produits de presse, ont pu rester ouvertes en dépit du confinement.

Les grandes surfaces culturelles voient leurs ventes de livres reculer de 30% en euros courants, en dépit du dynamisme de leur activité sur Internet. Seuls les hypermarchés, qui ont pu rester ouverts grâce à leur offre de produits alimentaires, parviennent à contenir la chute à -12%.

A -0,2% en euros courants (-1,2% en volume) en mars, contre +1,9% (+0,9% en volume) à fin février, la tendance annuelle des ventes de livres recule dans tous les circuits, à l'exception des hypermarchés (-5%, contre -5,1% en février). Elle s'inscrit à +1,2% pour les grandes surfaces culturelles (+3,2% en février), -0,1% dans les librairies de 1er niveau (+3,7%) et -0,6% dans le 2e niveau (+2,7%).

Le baromètre mensuel Livres Hebdo/Xerfi I+C est réalisé à partir d'une enquête auprès d'un large échantillon représentatif des librairies générales de premier niveau (y compris ventes Internet), des librairies de deuxième niveau + soldeurs + grands magasins (y compris ventes Internet), des grandes surfaces culturelles + clubs via détaillants + spécialistes de la vente à distance (magasin et internet) et des hypermarchés. Les résultats sont établis selon la méthode des quotas pondérés.
close

S’abonner à #La Lettre