Cinéma

Adaptations et biopics pour la réouverture des cinémas

Le capital au XXIe siècle

Adaptations et biopics pour la réouverture des cinémas

Les salles de cinéma vont pouvoir accueillir des spectateurs dès le lundi 22 juin, en respectant les mesures sanitaires, c'est-à-dire en limitant le nombre de places disponibles. Certains films sortis cet hiver reprendront le chemin des salles tandis que certaines sorties annulées par le confinement seront dévoilées au public.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 09.06.2020 à 12h34,
Mis à jour le 09.06.2020 à 13h18

Le capital au XXIe siècle, réalisé par Justin Pemberton et Thomas Piketty. Ce documentaire adapté du best-seller de Thomas Piketty est une leçon d'économie et d'histoire de l'économie. En mélangeant références à la pop culture et interventions d’experts parmi les plus influents de notre époque, cet "info-divertissement" est un voyage à travers l’histoire moderne de nos sociétés. Il met en perspective la richesse et le pouvoir d’un côté, et de l’autre le progrès social et les inégalités. Incontournable.
 

L'ombre de Staline, réalisé par Agnieszka Holland. Biopic autour du jeune journaliste britannique Gareth Jones. Après avoir décroché une interview d’Hitler qui vient tout juste d’accéder au pouvoir, il débarque en 1933 à Moscou, afin d'interviewer Staline sur le fameux miracle soviétique. A son arrivée, il déchante : anesthésiés par la propagande, ses contacts occidentaux se dérobent, il se retrouve surveillé jour et nuit, et son principal intermédiaire disparaît. Ses enregistrements sur la grance famine soviétéique des années 1930 ont été intégrés au catalogue de la Trinity Library de Cambridge.
 

Radioactive, réalisé par Marjane Satrapi (Lire notre article). L'auteure de Persépolis et Poulet aux Prunes s'attaque au mythe de Marie Curie et aux conséquences de ses découvertes. 37000 spectateurs avaient pu voir le film en 4 jours d'exploitation.
 

De Gaulle, réalisé par Gabriel Le Bomin (Lire notre article). Le film biographique sur le Général et son épouse, Yvonne, durant le printemps 1940, ressort, après avoir attiré près de 600000 spectateurs en salles en mars.
 

Une sirène à Paris, réalisé par Mathias Malzieu (Lire notre article), qui signe l'adaptation de son roman, une fable romantique et dramatique autour d'un musicien au cœur glacé tombant amoureux d'une sirène au pouvoir maléfique. Sorti quatre jours avant la fermeture des salles, le film avait séduit 18000 spectateurs.
 

Ducobu 3, réalisé par Elie Seimoun. Troisième volet de la franchise inspiré par le cancre de la BD, L'élève Ducobu (Le Lombard). Sorti le 2 février, le film avait déjà enregistré 1,45 million d'entrées.
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités